Pas de développement sans justice

Le nouveau Code de la famille annoncé récemment par SM le Roi Mohammed VI est une « révolution sociale » qui consacre les nobles valeurs de la société marocaine, basées sur la solidarité et la cohésion au sein de la famille, a affirmé le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubâa. Au cours d’une réunion tenue, vendredi au tribunal de première instance de Settat, M. Bouzoubâa a indiqué que le projet du nouveau Code de la famille est désormais devenu une référence pour nombre de pays arabes et islamiques qui ont entrepris des contacts avec les autorités marocaines afin de s’enquérir du contenu de ce code et intégrer, le cas échéant, ses dispositions dans leurs lois. Le ministre a mis en exergue le rôle efficient et décisif de SM le Roi Mohammed VI dans la prise de décision finale, saluant à ce sujet toutes les composantes de la société marocaine ayant contribué à l’élaboration de ce nouveau Code de la famille et l’adhésion de tous les Marocains, toutes tendances confondues, à cette oeuvre grandiose. Les tribunaux relèveront le défi de l’application stricte des dispositions de ce nouveau code, conformément aux Hautes orientations du Souverain à ce sujet, a-t-il affirmé, soulignant la place de choix qu’occupent la justice et les magistrats dans toute réforme initiée par le Maroc. « Pas de développement sans justice », a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement a répondu favorablement à l’initiative royale concernant l’amélioration des conditions matérielles des Juges et ce, à travers la révision des indemnités qui leur sont accordées. Le ministre de la justice a également passé en revue des textes juridiques considérés comme une véritable évolution dans le droit marocain citant le code de la procédure pénale, dont les dispositions doivent être appliquées par le juge de « manière adéquate » et selon une approche moderniste.Il a également fait état des importantes réalisations dans le domaine des prestations présentées aux juges et fonctionnaires du ministère de la Justice, mettant l’accent sur l’importance du rôle de la Fondation des oeuvres sociales dont SM le Roi Mohammed VI a annoncé la création et qui contribuera à répondre à leurs attentes, en particulier dans le domaine de l’habitat.Concernant la formation des juges, le ministre a précisé que les mutations profondes que connaît la société imposent au juge d’accompagner les nouveautés et d’être au courant des nouvelles lois, ce qui exige la vulgarisation de la culture de la spécialisation au sein des tribunaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *