Prix des médicaments : le bras de fer continue

Prix des médicaments : le bras de fer continue

Rien ne va plus entre les pharmaciens d’officine et les industriels pharmaceutiques. L’objet de discorde entre les deux parties n’est autre que le projet de décret relatif au mode de calcul des prix des médicaments.

  Dans un communiqué publié le 26 septembre 2013, la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM) dément l’information selon laquelle  les industriels n’ont pas été concertés et ne sont pas au courant dudit projet.

«La Fédération a été frustrée de lire dans les journaux que les industriels n’ont pas été concertés et   ne sont pas au courant du projet de décret alors qu’ils ont assisté avec nous à toutes les réunions ( pendant deux années) avec le ministre de la santé ou le secrétaire général», indique le communiqué.

Pour la Fédération, la concertation a toujours été le mot d’ordre.  En témoigne l’accord signé le 11 juillet 2012 entre les industriels et le ministère de la santé.

Rappelons que les trois associations industrielles : Association marocaine de l’industrie pharmaceutique (AMIP), Maroc Innovation Santé (MIS) et l’Association marocaine des médicaments génériques (AMMG) avaient dénoncé dans un communiqué conjoint le manque de transparence de la part du ministère de la santé en faisant remarquer que le projet de décret a été élaboré de manière unilatérale par le ministère de tutelle sans concerter les industriels (voir édition n° 3018 du vendredi 27 au dimanche 29 septembre 2013).

La Fédération pointe du doigt le jeu «malsain» et «machiavélique» orchestré par certains industriels en relevant que «ces derniers veulent créer la confusion et induire en erreur l’opinion publique sur  les marges des pharmaciens d’officine. Ce qui est une insulte à l’intelligence des Marocains et des pouvoirs publics».  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *