Témara : Ville sans bidonvilles en 2009

Témara : Ville sans bidonvilles en 2009

La ville de Témara change progressivement de visage urbanistique. L’empreinte profondément rurale commence à céder la place à une planification urbaine mûrement réfléchie par les autorités locales. Le but étant de faire de cette ville une véritable cité-satellite pour la capitale. Parmi les mesures importantes préconisées, figure la résorption du problème des bidonvilles implantés dans plusieurs points de Témara.
C’est dans cet esprit que, le lendemain de l’Aïd El Fitr, SM le Roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi d’un important projet d’aménagement et de construction d’habitat social. Baptisé Annasr, ce projet permettra à plus de 5.700 ménages d’acquérir un logement décent, clé en main et au moindre coût: 73.000 DH pour une maison de 65 m2.
Forte de son expérience dans le domaine de l’habitat social, depuis 2002, notamment à travers des projets d’envergure à Rabat tels que Douar El Koura et Mers El Kheir, la Société de développement Al Kora (SDAK), filiale de la CDG, a pris en charge la maîtrise d’ouvrage du projet Annasr.
Situé sur un terrain d’une superficie supérieure à 43 hectares, le projet Annasr comprend 210 immeubles R+4 dont 3.700 logements seront réservés au recasement des bidonvillois de Témara. Le projet compte également 118 lots promotionnels (R+4) pour la réalisation de 1.115 logements et 400 commerces. Sans compter 354 logements R+2, avec 384 logements pour zone d’activité et 486 logements pour zone d’habitat économique.
Par ailleurs, « la SDAK a prévu plusieurs équipements de proximité, tels que les administrations, une mosquée, un centre de soin, un centre socioculturel, des terrains de sport, etc », a souligné Amir Bouaza, chef du projet Annasr à la SDAK.
A noter que ce projet nécessite une enveloppe de 673 millions de DH. Le montage financier prévoit la participation du Fonds de solidarité de l’habitat (FSH) à hauteur de 130 millions de DH, soit 19% et la commune urbaine de Témara à hauteur de 108 millions de DH à travers l’octroi du terrain. Les avances des acquéreurs représentent 40% de l’enveloppe globale et par un système de péréquation, les produits des ventes des lots promotionnels vont permettre de récolter la bagatelle de 165 millions de DH (25%).
En clair, si les logements sociaux sont vendus à 73.000 DH, il faut préciser que le prix de revient atteint, en fait, les 130.000 DH. La différence étant supportée par les différents intervenants dans le montage financier.
Autre préoccupation de la SDAK: l’accompagnement social des populations relogées. Afin d’assurer « l’adhésion de ces populations au projet, une cellule d’accompagnement social sera mise en place afin d’intégrer les ménages bidonvillois à leur nouvel environnement ». C’est une condition sine qua non pour la réussite du projet.
La SDAK, faut-il le rappeler, est une filiale de la CDG chargée exclusivement de l’aménagement et la construction de projets d’habitat sociaux.
D’un point de vue plus large, le ministère de l’Habitat a décrété la ville de Témara: ville sans bidonvilles d’ici 2009. Pour ce faire, il a entamé un vaste programme de mise à niveau des conditions de vie de 30.000 ménages qui habitent actuellement dans différents quartiers insalubres dans la préfecture Skhirat-Témara. Le projet Annasr s’inscrit dans le cadre ce programme d’ensemble pour lequel un important patrimoine foncier a été débloqué un peu partout dans la préfecture: 1.250 hectares.
L’un des plus grands projets inscrit dans ce programme est sans doute Nour Zaërs. Il concerne 9.850 ménages, un record et nécessite une enveloppe de 1,7 milliard de DHS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *