Une pétition pour soutenir l’économie à Fnideq

Une pétition pour soutenir l’économie à Fnideq

Les 100 signataires viennent d’émettre cinq suggestions afin de sortir la ville de l’impasse

La population de Fnideq souffre, depuis trois ans, d’une forte dégradation de ses conditions de vie en raison de l’arrêt de l’activité de contrebande vivrière au poste frontalier de Bab Sebta et en l’absence des alternatives et des solutions durables à cette crise économique et sociale. C’est ce qu’avancent les signataires d’une pétition qu’ils viennent d’émettre sur les réseaux sociaux pour appeler les responsables à réagir pour pouvoir sauver l’économie de cette ville.
Surtout que des milliers d’habitants ont continué, depuis des décennies, à tirer leurs revenus du commerce transfrontalier avec le préside occupé. Baptisée «Appel de Fnideq», cette pétition a rassemblé quelque 100 personnalités, notamment des élus, des professeurs universitaires, des avocats, des commerçants, des représentants du monde du sport et de la culture ainsi que des acteurs associatifs, des militants syndicaux et des droits de l’Homme. Les signataires tiennent à rappeler que la situation économique de la ville s’est davantage détériorée, depuis mars 2020, par la fermeture définitive du point de passage Bab Sebta, en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. «Nous, les signataires de l’«Appel de Fnideq», nous demandons au gouvernement d’assumer sa responsabilité politique et de développement pour sauver la ville de la grave crise économique qui a commencé à menacer sa stabilité sociale», fait part «Le Groupe de réflexion pour Fnideq» à l’origine de cette pétition.

Les 100 signataires ont émis à travers l’«Appel de Fnideq» cinq suggestions et recommandations pour pouvoir sauver l’économie de Fnideq. Ils proposent l’élaboration, en collaboration avec le Conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hceima, d’un programme de développement économique et social d’urgence visant à aider la ville à sortir de la crise économique et sociale. Les signataires appellent à la réouverture du point de passage Bab Sebta (avec le strict respect des restrictions sanitaires face à la pandémie de Covid-19) en vue d’aider à atténuer les conséquences du marasme économique dont souffre Fnideq.
Ils demandent l’intervention des responsables pour accélérer les travaux de réalisation du projet de la zone d’activités économiques (200 millions de dirhams), qui est le fruit d’une convention-cadre de coopération entre plusieurs partenaires institutionnels et conseils élus.

Les signataires appellent à relier Fnideq au système économique du port Tanger-Med pour permettre d’insuffler une dynamique à la ville. Ils demandent également la mise en place d’un système économique alternatif à l’activité de contrebande vivrière et visant à répondre à une forte demande de l’emploi parmi la population de la ville, et ce à travers des investissements publics et privés dans les secteurs de la pêche, le commerce, le tourisme et l’économie solidaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *