Dette extérieure publique : Un encours de plus de 376 MMDH à fin septembre

Dette extérieure publique : Un encours de plus de 376 MMDH à fin septembre

La dette extérieure publique affiche une progression d’un trimestre à l’autre. L’encours s’est établi au troisième trimestre 2021 à 376,5 milliards de dirhams, en consolidation de 2 milliards de dirhams par rapport au niveau atteint à fin juin 2021.

C’est ce que l’on peut retenir des statistiques de la dette extérieure publique établie à fin septembre 2021 par la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), relevant du ministère de l’économie et des finances. Le portefeuille de la dette extérieure publique est constitué à hauteur de 49,1% de créanciers multilatéraux. Le Marché financier international (MFI) et les banques commerciales détiennent, pour leur part, 28,3% de cet encours contre 22,6% pour les créanciers bilatéraux. «La part des pays de l’Union européenne dans celle des créanciers bilatéraux s’élève à fin septembre à 15,7% contre 2,7% pour les pays arabes», peut-on lire de la publication de la DTFE. Par type d’emprunteurs, plus de la moitié de la dette revient au Trésor. Il détient, en effet, 53,4% de la structure globale de la dette extérieure publique. Ainsi, la dette du Trésor s’élève au troisième trimestre de l’année 2021 à 201 milliards de dirhams provenant à hauteur de 52,2% des créanciers multilatéraux, de 35% du marché financier international et de 12,8% des créanciers bilatéraux. Pour ce qui est des emprunteurs publics, ils captent 45,6% de la dette extérieure publique. En effet, l’endettement des établissements et entreprises publics s’élève au troisième quart de l’année à 175,5 milliards de dirhams.

S’agissant des tirages sur emprunts extérieurs publics, la DTFE fait ressortir un montant de l’ordre de 34,3 milliards de dirhams au titre des neufs premier mois de l’année 2021. Il est à noter que 14,2 milliards de ces tirages ont été mobilisés par le Trésor. De ce total, 9,2 milliards de dirhams ont été consacrés pour les appuis aux réformes tandis que 3,8 milliards de dirhams ont été mobilisés au titre des mesures d’atténuation des impacts de la pandémie de la Covid-19. Les 1,2 milliard de dirhams restants ont été consacrés, quant à eux, aux projets du budget. Par ailleurs, 20,1 milliards de dirhams ont été tirés au profit des projets des établissements et entreprises publics, des collectivités territoriales ainsi que des institutions d’utilité publique.
Par ailleurs, l’analyse du portefeuille de la dette extérieure publique par devise démontre que 59,3% de la dette ressort en euro, 31,5% en dollar. De même, 75% de cette dette est à taux fixe contre 25% à taux variable. Le yen japonais ne représente que 2,7% de la dette globale. Il est à noter que la Direction du Trésor et des finances extérieures anticipe un total du service de la dette de l’ordre de 43,5 milliards de dirhams en 2022 dont 35,24 milliards de dirhams de charges en principal et de 8,26 milliards de dirhams de charges en intérêts.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *