970x250

Télécoms : Un chiffre d’affaires de 35 milliards de dirhams prévu d’ici 2023

Télécoms : Un chiffre d’affaires de 35 milliards de dirhams prévu d’ici 2023

Conformément aux dispositions de la note d’orientations générales du secteur

Le développement de l’offre est également de mise. La note d’orientations trace également les grandes lignes du déploiement de la 5G. La note prévoit dans ce sens l’élaboration d’une étude pour proposer les conditions et les modalités d’exploitation de réseaux 5G au Maroc ainsi que de préparer les schémas de réaménagement du spectre des fréquences cible.

Le secteur des télécoms marocain s’est fixé des objectifs ambitieux à l’horizon 2023. Les projections pour ce cap portent sur un chiffre d’affaires de l’ordre de 35 milliards de dirhams. Le parc internet devra atteindre pour sa part 33 millions d’abonnés au moment où le parc haut débit et très haut débit filaire (ADSL et FTTH) s’établira à 2,4 millions de dirhams. Ces prévisions ont été fixées dans la note d’orientations générales pour le développement du secteur des télécommunications élaborée vers la fin du mandat du gouvernement El Otmani.
Cette feuille de route table par ailleurs sur une couverture nationale de l’ensemble de la population avec un débit minimum de 2 MB/s. Cette note d’orientations générales engage le secteur dans un nouveau cycle de croissance positive. La finalité étant de mettre en œuvre des modèles de mutualisation des infrastructures en vue d’accélérer le développement des infrastructures très haut débit aussi bien pour le fixe que pour le mobile.
Ces orientations visent par ailleurs à améliorer la qualité des services mobiles et fixes pour les utilisateurs professionnels et particuliers sur la base d’une approche orientée expérience client.

Parmi les objectifs figurent également la préservation de la valeur sur différents segments de marché, en veillant à y promouvoir la concurrence tout en tenant compte de l’impact de l’influence de certains acteurs sur certains segments de marché qui ne permettrait pas un développement harmonieux de tous les acteurs. Il est également question d’adapter le cadre réglementaire en vue de préparer l’introduction de nouvelles technologies à même d’être des relais de croissance pour le secteur et à permettre des bacs à sable pour encourager et asseoir un environnement favorable à l’innovation. Pour ce faire, il a été procédé au renforcement de la mise en œuvre des leviers de la régulation à travers notamment l’accélération du déploiement du haut et très haut débit.
A cela s’ajoute la mutualisation des infrastructures à travers des obligations d’information sur les projets à venir dans les différentes zones.
Le développement de l’offre est également de mise. La note d’orientations trace également les grandes lignes du déploiement de la 5G. La note prévoit dans ce sens l’élaboration d’une étude pour proposer les conditions et les modalités d’exploitation de réseaux 5G au Maroc ainsi que de préparer les schémas de réaménagement du spectre des fréquences cible.

L’étude tend en outre à détailler les critères de qualité à respecter par les opérateurs et les obligations attachées au déploiement de cette technologie et identifier les besoins des verticales sectorielles. Cette étude vise aussi à identifier des fréquences qui seraient destinées au déploiement par des industriels de réseaux 5G propres (industrie 4.0, …) non ouverts au public, afin de contribuer à la stratégie nationale de digitalisation. Rappelons que le Maroc a fait un grand saut en avant en termes de développement des infrastructures. Un challenge relevé grâce à la note d’orientations générales couvrant la période 2015-2018.
Ce cap a connu l’émission de plusieurs décisions visant à permettre le partage d’infrastructures FTTH (fibres jusqu’à l’abonné) et la mise en œuvre du dégroupage. Il est à rappeler que l’attribution en 2015 des licences mobiles 4G a permis de combler le déficit progressif que connaissent les services voix. De même, le lancement effectif du Plan national du haut débit (PNHD), dont les projets d’élargissement de la couverture mobile en 4G financés par le Fonds du service universel des télécommunications, a contribué à asseoir les télécommunications comme un vecteur de développement.

Il ressort que les principaux objectifs chiffrés fixés par la note de 2015-2018 ont été atteints. A terme, le marché s’est établi à un chiffre d’affaires de 322 milliards de dirhams, marquant un dépassement de l’objectif initialement fixé. Il en est de même pour le nombre d’abonnés internet. Les prévisions fixées ont largement été dépassées se situant en 2018 à plus de 24 millions d’abonnés contre une prévision initiale de 20 millions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.