SociétéUne

Le Zoo d’Ain Sebaa cherche un gestionnaire

Casablanca connaît actuellement la mise à niveau de plusieurs projets qui étaient en stand-by. Dernier en date, celui du Parc zoologique d’Ain Sebaa, qui devrait avoir un nouveau gestionnaire délégué. Datant de plus de 80 ans, ce parc a été réaménagé en trois aires géographiques (Afrique, Asie, Amérique). Il compte une collection animalière de plus de 45 espèces, une ferme pédagogique, deux grands espaces de pique-nique, un restaurant, une boutique et deux kiosques. Les détails.

La commune de Casablanca travaille actuellement sur plusieurs projets dont la gestion déléguée du Parc zoologique d’Ain Sebaa (PZAS). En effet, elle vient de lancer un appel de préqualification pour la gestion déléguée du Parc zoologique d’Ain Sebaa pour une période de dix ans. Patrimoine de plus de 80 ans, ce Parc a été réaménagé en trois aires géographiques représentant l’Afrique, l’Asie et l’Amérique. Il compte une collection animalière de plus de 45 espèces, une ferme pédagogique, deux grands espaces de pique-nique, un restaurant, une boutique et deux kiosques. Ce projet intègre trois axes, à savoir la gestion et l’entretien du patrimoine animalier, la conservation et la recherche sur la biodiversité ainsi que la sécurité du parc. Concernant la gestion et l’entretien du parc, il s’agit de la mise à disposition à partir de la signature du contrat au profit du PZAS les animaux définis dans le plan de collection animalière suivant un planning déterminé. A cela s’ajoutent l’importation et le transport des animaux qui devront s’effectuer dans le respect de la législation et la règlementation nationales et internationales en vigueur, la participation à des missions de conservation, de développement du patrimoine animalier du PZAS, et la jouissance de l’entière liberté d’aménagement, de modification et de gestion des installations du PZAS, dans le respect de la réglementation en matière de gestion et concept des parcs zoologiques. Comme le précise la commune de Casablanca, la gestion du patrimoine animalier inclut aussi le maintien des installations du PZAS dans un bon état qui permettra la poursuite de l’exploitation optimale du site à la fin du contrat d’exploitation, l’établissement des contrats avec les établissements, institutions, universités, spécialisés aux niveaux national et international, l’adoption des techniques les plus appropriées pour l’identification de la collection animale et la tenue et la mise à jour périodique d’un registre d’inventaire conforme aux normes en vigueur. Selon la même source, l’entretien du patrimoine animalier englobe aussi l’approvisionnement des animaux en aliments conformes aux normes nationales et internationales, stockés dans des conditions d’hygiène appropriées et adaptés à leurs besoins nutritionnels. Il est également question d’anticiper les niveaux de stockage afin d’éviter toute rupture préjudiciable à la santé des animaux, d’appliquer des mesures sanitaires vétérinaires concernant les maladies réglementées et mettre en œuvre un programme de prophylaxie (des mesures préventives à prendre pour prévenir les maladies) en s’appuyant sur les installations vétérinaires du PZAS, les équipements et le matériel adéquats, ainsi que les produits pharmaceutiques nécessaires aux pratiques vétérinaires courantes. La conservation et la recherche sur la biodiversité consistent quant à elles à mettre en œuvre des programmes de reproduction en captivité des espèces vulnérables ou menacées d’extinction, en respectant le bien-être, les règles sanitaires et d’hygiène propres à chaque espèce ou groupe d’espèces conformément aux normes et standards internationaux. L’objectif étant, selon la commune de Casablanca, de constituer une diversité génétique servant à des actions de réintroduction et/ou de renforcement des populations en liberté. Il s’agit aussi d’assurer l’enrichissement, la diversification et la variabilité génétique au sein des populations captives du parc, à travers des acquisitions, des cessions, des mises en dépôt, dons, prêts et/ou des échanges d’animaux avec des établissements zoologiques agréés à l’échelon national ou international, et ce, dans le but de limiter la consanguinité. Dans le même sens, cette mission implique, entre autres aussi, d’assurer la diffusion et l’échange d’informations sur les espèces faisant l’objet de programmes de suivi et de recherche avec les institutions et organismes spécialisés concernés, aux niveaux national et international et la participation à des colloques et congrès scientifiques en rapport avec la faune sauvage. La finalité serait aussi, selon la même source, de s’impliquer dans des réseaux nationaux et internationaux de recherche et de conservation de la faune sauvage et participer à des programmes ou des projets pour la sauvegarde d’espèces vulnérables et en voie d’extinction, à l’échelle nationale et internationale tout en développant avec les établissements zoologiques les parcs et réserves naturelles des coopérations pour la conservation des espèces. En termes de sécurité, le futur gestionnaire délégué du parc devra veiller au développement et la gestion des activités ludiques, de loisirs, d’animation et de tournage ainsi que le développement et la mise en œuvre des programmes de formation et d’éducation relatifs à l’environnement. Il devra aussi assurer l’exploitation directe ou dans le cadre de la sous-traitance des activités ludiques et de loisirs et de toutes activités complémentaires de nature commerciale à l’intérieur du zoo comme les activités pédagogiques, touristiques, kiosques et restauration, parking, espaces de jeu pour enfants et animations. La sécurité du parc implique également, selon la commune de Casablanca, celles des visiteurs, du personnel, des animaux et des infrastructures. Il s’agit ainsi pour le nouveau gestionnaire d’endosser cette mission.

 

Articles similaires

EconomieUne

Grâce à ses atouts riches et diversifiés : Le Nord mise sur le tourisme multidimensionnel

La ville du détroit est promise à un bel avenir dans ce...

AutomobileUne

La nouvelle Kia citadine conjugue modernité et audace

La nouvelle Kia Picanto débarque sur le marché marocain. Disponible à partir...

Société

Organisé à Salé par l’atelier Inex by Chaoui Bois : Un souk solidaire met en avant l’artisanat marocain

L’artisanat marocain célébré par l’atelier Inex By Chaoui du 23 au 25...

Société

19.162 réfugiés et demandeurs d’asile au Maroc à fin janvier 2024

Selon les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), le Maroc compte...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux