Au-delà du dialogue

Au-delà du dialogue

Dans un communiqué conjoint rendu public le lundi 30 mars, Mgr Vincent Landel, l’Archevêque de Rabat, et Jean-Luc Blanc, le président de l’église évangélique au Maroc, ont indiqué que les instances qu’ils représentent au Maroc se limitent à assurer une mission d’accompagnement des chrétiens, vivant au Maroc, dans «leur quête spirituelle». Ce qui exclut, en déduit-on, toute activité visant à convertir des musulmans au christianisme. «Ébranler la foi d’un musulman» ne figure pas parmi leurs prérogatives. Ce qui est tout à fait normal étant donné qu’il s’agit d’un délit selon le Code pénal marocain.
«Présentes au Maroc, depuis plus d’un siècle», les églises catholique et protestante (évangélique) «ont appris au fil des ans à vivre en harmonie avec le pays et ses habitants et se sentent partenaires de son histoire et de ses évolutions», indique le communiqué conjoint.
Rejetant toute activité de prosélytisme, les deux églises affirment que leur mission, outre l’accompagnement des chrétiens résidant au Maroc, consiste aussi à promouvoir le dialogue entre les religions. «Un autre enjeu, essentiel, des églises catholique et protestante présentes au Maroc est notamment le dialogue entre chrétiens et musulmans. Un dialogue qui exclut par définition le prosélytisme», précise le communiqué avant d’ajouter : «aujourd’hui, nous croyons à la richesse de la rencontre entre les religions qui ont tout à gagner à mieux se connaître, à mieux se comprendre. L’église catholique et l’église évangélique au Maroc estiment que le dialogue fait partie de leur responsabilité».
Ce dialogue, selon les représentants des églises catholique et évangélique au Maroc dépasse la dimension théologique puisqu’il se traduit en actions communes dans le domaine social et culturel. «Les chrétiens sont engagés dans diverses actions aux côtés de musulmans partageant les mêmes valeurs, les mêmes objectifs et n’ayant pas peur de témoigner de leurs différences», souligne le communiqué.
La sortie médiatique de Mgr Vincent Landel et du président de l’église évangélique au Maroc, Jean-Luc Blanc, intervient suite à l’interpellation, puis le refoulement hors du territoire national, de cinq missionnaires. Ces derniers avaient été interpellés à Casablanca, samedi, en flagrant délit de prosélytisme.
Il ne s’agit pas de la première fois ni, certainement pas, de la dernière fois que des missionnaires sont interpellés et expulsés du Maroc. Mais, il est clair que les autorités compétentes ont repris la main en ce qui concerne la lutte, dans le cadre de la loi, contre toute tentative d’abus de la liberté de mouvement que garantit l’ouverture démocratique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *