Blair en tournée aux USA et en Asie

Le Premier ministre britannique Tony Blair était attendu jeudi en début d’après-midi à Washington où il devait prononcer en fin d’après-midi un discours devant le Congrès américain, avant une conférence de presse commune avec M. Bush dans la soirée. Il s’envolera ensuite pour Tokyo qu’il quittera dans la journée de dimanche pour Séoul. L’étape suivante le mènera à Pékin, où M. Blair et son épouse, Cherie, passeront les journées de lundi et mardi. Ce sera la deuxième visite officielle de Tony Blair en Chine depuis son arrivée au pouvoir en 1997. Tony Blair, dont la popularité est en chute libre en Grande-Bretagne, entame ainsi une tournée aux Etats-Unis et en Asie qui l’éloignera pendant une semaine de ses difficultés intérieures. Les derniers mois ont été durs pour le Premier ministre travailliste, confronté à la plus sévère fronde parlementaire depuis son arrivée au pouvoir, en 1997. Les accusations de manipulation de l’opinion à propos de l’Irak mais aussi une série de réformes d’inspiration libérale très contestées dans les domaines de l’éducation et de la santé, ont provoqué la colère de nombreux « backbenchers » (députés de base) et la désaffection de dizaines de milliers d’électeurs traditionnels du Labour. Celui-ci est désormais régulièrement dépassé dans les sondages par le parti conservateur. Pour la quatrième fois depuis le début du conflit en Irak, il y a quatre mois, le social-démocrate Tony Blair va donc retrouver son ami, le néo-conservateur George W. Bush, qui lui réserve un accueil triomphal. L’occasion pour les deux hommes, alliés de la première heure en Irak, de justifier une nouvelle fois leur guerre contre Bagdad, sans mandat des Nations unies. Le « Phileas Fogg de Downing Street », comme l’a surnommé un journaliste du journal dominical The Observer, doit prendre la parole devant les deux chambres du Congrès, réunies en session extraordinaire, un honneur exceptionnel qui consacrera la relation spéciale entre les deux pays. Cette relation, soulignait le Times mercredi, n’a sans doute jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. A l’automne, George et Laura Bush rendront la politesse au couple Blair en se rendant en Grande-Bretagne. Perfidement, des médias britanniques n’ont pas manqué de souligner que M. Blair est sans doute plus populaire aujourd’hui aux Etats-Unis que dans son propre pays. Un sondage récent montre que les deux-tiers des Britanniques estiment que Tony Blair leur a menti en exagérant grossièrement la menace posée par les armes de destruction massive (ADM) irakiennes, toujours introuvables trois mois après la fin des hostilités. Certains de ses anciens compagnons de route, comme l’ex-ministre du Développement international Clare Short, ont même été jusqu’à poliment inviter le Premier ministre à démissionner, pour ne pas nuire encore plus au Labour. A Washington, M. Blair ne pourra pas éviter d’aborder un sujet qui fâche avec ses interlocuteurs américains, celui des Britanniques retenus prisonniers à Guantanamo et menacés de comparaître devant un tribunal militaire. La Grande-Bretagne souhaite que les Etats-Unis les lui remettent pour qu’ils soient jugés par des juridictions civiles. Washington a jusqu’ici opposé une fin de non recevoir à cette demande. Tony Blair se rendra ensuite à Tokyo, où il est attendu vendredi soir. Il quittera la capitale japonaise dans la journée de dimanche pour Séoul. L’étape suivante le mènera à Pékin, où M. Blair et son épouse passeront les journées de lundi et mardi. Ce sera la deuxième visite officielle de Tony Blair en Chine depuis son arrivée au pouvoir, en 1997. Les inquiétudes liées au programme nucléaire de Pyongyang domineront sans aucun doute les entretiens à Tokyo, Séoul et Pekin, Le chef du gouvernement, rejoint par une délégation d’hommes d’affaires britanniques, doit également visiter la ville de Shanghaï, capitale économique du pays, puis Hong Kong avant de regagner Londres le 24 juillet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *