Décryptage : au coeur du débat

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) mérite d’être félicité pour son initiative de rendre public son mémorandum sur la régionalisation. En publiant une synthèse de sa vision sur la réforme du système régional, il fait preuve de courage politique puisqu’il affiche sa position avec clarté et précision alors que d’autres formations font dans l’ambiguïté et se contentent de visions « passe-partout » en attendant d’y voir plus clair. Craignant d’afficher une position qui pourrait être différente de celle qui sera finalement adoptée, certains partis politiques se préparent soit à présenter des propositions vagues et ambiguës, soit à entourer de confidentialité leurs propositions. Une attitude qui ressemble à celle adoptée par la direction de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) quant au mémorandum sur la réforme constitutionnelle qu’elle aurait présenté, il y a quelques mois. Un projet qui a fait couler beaucoup d’encre et suscité de grandes polémiques sans que l’opinion publique n’ait la moindre idée sur son contenu précis. Drôle de manière de faire de la politique ! Avec son initiative, le PPS crée un antécédent louable. Il sort ainsi le débat sur la réforme des régions des coulisses de la Commission consultative de la régionalisation (CCR) et le met sur la place publique. Ce qui permettra de l’enrichir davantage puisque chaque proposition émanant d’une force politique fera l’objet d’un débat public et transparent.
Outre le caractère transparent de son initiative, le PPS mérite aussi d’être félicité pour l’audace dont il fait preuve en insistant sur la nécessité de gérer le processus d’élargissement des prérogatives régionales avec prudence et sans précipitation. Il appelle ainsi à un transfert « progressif » des prérogatives de l’administration centrale vers les instances régionales. Une position qui reflète une sagesse politique et un esprit pragmatique qui se font de plus en plus rares dans la sphère partisane.
Maintenant que le PPS a affiché sa position, les autres formations sont appelées à faire de même et à afficher leurs propositions respectives afin de permettre à l’opinion publique d’être au cœur du débat au lieu d’être reléguée à un rôle purement réceptif. La balle est dans le camp des partis politiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *