Des projets sociaux pour Casablanca

Des projets sociaux pour Casablanca

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, mardi 5 septembre, à la commune rurale Dar Bouaazza (Province de Nouaceur), la cérémonie de signature d’une convention de partenariat pour la réalisation de l’opération d’habitat «Madinat Arrahma». Le Souverain a, par la même occasion, donné le coup d’envoi des travaux de ce projet, dont le coût s’élève à 300 millions de dirhams.
La réalisation du projet durera 12 mois. Il sera financé par le Fonds de solidarité pour le logement (162,50 millions DH), les bénéficiaires (137,50 millions de dirhams), soit une moyenne de 15.000 dirhams pour chaque ménage bénéficiaire.
La convention a été signée par le ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, le wali de la région du Grand Casablanca, le gouverneur de la province de Nouaceur, le président de la commune de Dar Bouaazza, le directeur du groupe «Idmaj Sakan», le président de la holding d’aménagement «Al Omrane» et le président du groupe «Chaâbi». L’opération sera mise en oeuvre dans le cadre d’une nouvelle stratégie qui consiste à confier, pour la première fois, à un promoteur du secteur privé la réalisation du projet du début à la fin. Le but est de réduire le nombre des intervenants et d’assurer la coordination entre eux et d’écourter le délai de réalisation. Le groupe Chaâbi se verra ainsi confier la réalisation des études et des travaux, alors que les intervenants publics seront chargés de la mobilisation de l’assiette foncière et des crédits, ainsi que du contrôle des travaux et de la gestion sociale de l’opération.
Un dispositif sera mis en place en faveur des bénéficiaires (suivi social, encadrement technique et facilités de crédits) qui pourront disposer gratuitement des plans d’ingénierie et du béton armé. SM le Roi a suivi, à cette occasion, des explications sur le projet «Madinat Arrahma» qui s’étend sur une superficie de 63 hectares et bénéficiera à 6500 familles (33 mille personnes) habitant dans 21 douars. L’opération porte sur la construction de 3250 unités d’une superficie de 70 mètres carrés et composées de deux étages chacune et sur 545 logements de 100 mètres carrés, outre plusieurs dépendances économiques, sociales, culturelles et sanitaires. SM le Roi a également procédé à l’inauguration du Samu social de Casablanca dont la réalisation a nécessité une enveloppe budgétaire de l’ordre de 5,870 millions de dirhams, répartis sur l’équipement (1,220 million DH), le fonctionnement (2 millions DH) et l’investissement (2,650 millions DH).
Après avoir coupé le ruban symbolique et dévoilé la plaque commémorative, le Souverain a effectué une tournée dans les différents services de ce centre dont l’édification s’inscrit dans le cadre de la philosophie de la prise en charge sociale des personnes en situation de précarité et spécifiquement les handicapés, les enfants et les petites filles, les femmes et les personnes âgées. Le Samu social de Casablanca, réalisé dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain, constitue un modèle unique en son genre et repose sur les principes de la mobilité, de la proximité, de la polyvalence, du professionnalisme et de la permanence (jour et nuit).
Le Samu social a pour mission d’aller à la rencontre des populations en détresse, en vue de leur apporter une aide d’urgence puisqu’elles ne sont plus à même d’appeler les secours, qu’ils soient sociaux, médicaux, psychiatriques ou psychologiques.
Le centre dispense les soins médicaux primaires, oriente vers les structures sanitaires appropriées pour les pathologies nécessitant des soins, un suivi médical ou une hospitalisation. Il mène également des actions de prévention de risques sanitaires et épidémiologiques, ainsi que des actions de prévention de risques sociaux et/ou psychologiques (violence, suradaptation paradoxale au milieu et à la situation de précarité, exclusion et marginalisation, trafics, exploitations). Il est encadré par une équipe médicale constituée d’un médecin ou une infirmière de coordination, un psychologue, un assistant social et un travailleur social auxquels s’ajoutent quatre équipes mobiles d’aide composées de quatre chauffeurs, quatre éducateurs et quatre infirmiers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *