Économie marocaine : «Un modèle pour les pays arabes»

Le succès du modèle économique marocain en matière de lutte contre la pauvreté constitue un exemple à suivre pour les pays arabes, a estimé jeudi l’économiste, Lahcen Achy. La politique économique adoptée au Maroc pendant les dix dernières années a permis au Royaume de réduire considérablement ce fléau, a écrit l’économiste sur le site web Middle East Online, basé à Londres, indiquant que la pauvreté touche aujourd’hui seulement 9 % de la population marocaine, contre 16,2 % il y a dix ans. «Il s’agit d’une réalisation remarquable», estime le chercheur à l’institut Carnegie de Beyrouth, ajoutant que cette performance a été rendue possible grâce à une multitude de facteurs que le Maroc a réussi à réunir pendant la dernière décennie. Ces facteurs incluent l’engagement du Royaume dans des projets d’investissement «intensifs et ciblés» en infrastructures, l’introduction d’un système fiscal «efficace», l’utilisation stratégique des recettes de la privatisation et un secteur «solide de microcrédits», souligne M. Achy. D’autres facteurs ont également contribué à cette réalisation, à savoir la baisse de la croissance démographique, et la hausse des transferts des Marocains résidant à l’étranger, ajoute le chercheur. La baisse du taux de fécondité entre 1980 à 2010 a atténué la pression sur les dépenses publiques, permettant ainsi de canaliser les fonds vers des investissements en infrastructures, et a contribué à la hausse du PIB par habitant. Les investissements en infrastructures ont eu un impact positif sur le quotidien des habitants, notamment dans le monde rural, où l’électrification et l’approvisionnement en eau potable ont considérablement amélioré la qualité de vie des locaux, estime l’expert.
Par ailleurs, M. Achy souligne que la réforme du système fiscal a joué un rôle clef dans la lutte contre la pauvreté. Il rappelle, d’autre part, que le Maroc occupe une «place de leader» dans le monde arabe en matière d’octroi des microcrédits, précisant que le nombre des bénéficiaires de ces prêts a augmenté considérablement, notamment dans le milieu rural.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *