Habib Souaïda condamné à 20 ans de prison par contumace

L’ancien sous-lieutenant algérien Habib Souaïdia, auteur du livre controversé « la sale guerre » sur l’armée algérienne et les massacres de civils en Algérie, a été condamné à 20 ans de prison par contumace. Le tribunal criminel de sidi M’hamed d’Alger a ainsi suivi le procureur général qui avait requis lundi 20 ans de prison. Il a en outre lancé un mandat d’arrêt international contre lui. Habib Souaïdia, radié de l’armée algérienne et réfugié en France, est accusé de « participation à une entreprise d’affaiblissement du moral de l’ANP (armée nationale populaire) de la sûreté de l’État ».
Ces poursuites ont été engagées à la suite de déclarations de l’accusé sur un site Internet dans lesquelles il affirmait qu’il « était prêt à revenir au pays pour prendre les armes » contre les hauts responsables de l’armée algérienne, selon le parquet.
Cette condamnation survient quelques semaines avant l’ouverture d’un procès à Paris contre Souaïdia sur plainte pour diffamation de l’ancien ministre de la défense, le général à la retraite Khaled Nezzar, instigateur principal de l’arrêt du processus électoral en janvier 1992, quand le Front islamique du salut (FIS, dissous) avait remporté le premier tour des élections législatives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *