Lancement de trois unités de production à Jorf Lasfar

Lancement de trois unités de production à Jorf Lasfar

Sa Majesté  le Roi Mohammed VI a présidé, dimanche à Jorf Lasfar, dans la province d’El Jadida, la cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente entre le groupe OCP et «Libya-Africa investment Portfolio». Ce mémorandum est relatif à l’étude de faisabilité d’un projet de construction de trois unités de production d’acide phosphorique, d’ammoniaque et d’engrais, pour un investissement de près de 1 milliard de dollars. Ce mémorandum d’entente a été signé, du côté marocain, par Mustapha Terrab, P-DG du groupe OCP, et du côté libyen par Bashir Saleh Bashir, P-DG de «Libya Africa investment Portfolio», Mustafa Zarti, directeur exécutif adjoint de «Libya investment corporation», et Ali Shamikh, P-DG de «Libya Oil Holding LTD».
Le projet porte sur la construction d’une unité de production d’acide phosphorique à la plate-forme chimique de Jorf Lasfar pour une enveloppe de 350 millions de dollars, d’une unité de production d’ammoniac en Libye pour un investissement de 500 millions de dollars et d’une unité de production d’engrais au Maroc ou en Libye d’un coût de 150 millions de dollars. La production annuelle prévue au niveau de ces trois unités atteindra respectivement 1 million de tonnes d’acide phosphorique, 800.000 tonnes d’ammoniac et 1 million de tonnes d’engrais. Ces unités de production feront du Jorf phosphate hub (JPH) une plate-forme de référence mondiale dans l’industrie des engrais phosphatés. La production d’engrais  devrait atteindre à l’horizon 2015, 10.000 tonnes dans ce complexe contre 2,5 millions de tonnes actuellement.
Pour renforcer la compétitivité du groupe OCP, une enveloppe de 10 milliards de dirhams a été allouée à des projets d’infrastructures communes à Jorf Lasfar. Ces différents projets  permettront d’attirer des investissements étrangers d’une valeur de 50 milliards de dirhams à l’horizon 2015.
Conformément aux normes internationales, le complexe industriel assurera le stockage contrôlé du gypse avec une économie d’eau grâce à la technique de dessalement de l’eau de mer, une économie d’énergie grâce à la cogénération et des rejets en mer non polluants.
Le pipeline qui reliera Khouribga et Jorf Lasfar permettra l’augmentation des capacités d’extraction à Khouribga de 18 à 38 millions de tonnes de phosphates pour faire face aux besoins de la JPH, le transfert de l’export du phosphate de Casablanca à Jorf Lasfar, l’accès direct des unités de la zone à un phosphate broyé et humide selon les standards de qualité. Le Complexe dispose d’une capacité de stockage contrôlé de près de 40 millions de tonnes de phosphogypse par an en régime de croisière et des unités de dessalement avec une capacité de production de près de 60 millions m3/an couvrant les besoins de l’ensemble de la zone (y compris gypse et unités existantes). L’extension-réhabilitation majeure des infrastructures portuaires (près de 2,3 milliards de dirhams d’investissement prévus) permettra de décongestionner le port de Casablanca à travers le transfert des activités export de phosphate à Jorf Lasfar  et d’accommoder les besoins futurs de la zone (multiplication par 5 du trafic d’engrais, ammoniac, soufre).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *