Les attaques répétées par voie de presse contre le groupe Othman Benjelloun,

leur coordination dans le temps et leur succession font dire aux observateurs que cette technique de harcèlement médiatique, visant à brouiller l’image de l’institution, constitue en fait une tentative de déstabilisation. En fait, de puissantes parties intéressées par l’avenir de ce groupe avancent masquées, à défaut d’avoir une stratégie assumée et construite notamment sur le plan éthique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *