L’étau se resserre autour du polisario

L’étau se resserre autour du polisario

Le département américain de la justice a chargé la section du contre-terrorisme au sein de la division criminelle de se pencher sur les crimes et activités illégales du «polisario».  La décision du département de la justice intervient suite à la requête d’une organisation non-gouvernementale américaine, le Conseil américain pour les prisonniers de guerre marocains, qui avait adressé en février dernier une lettre à l’Attorney General, Alberto Gonzalez, lui demandant de diligenter une investigation sur les graves crimes commis par le «polisario» contre les Marocains détenus sur le sol algérien, indique cette ONG dans un communiqué. Dans une réponse à cette lettre, parvenue le mois dernier au président du Conseil américain pour les prisonniers de guerre marocains (ACMP), le chef de la section du contre-terrorisme, Michael J. Mullaney, a souligné que son département va «sérieusement considérer» les informations fournies par le  Conseil.  «Le département américain de la justice est engagé quant au respect des principes des droits humains et à l’application des lois protégeant ces droits», a souligné M.Mullaney dans sa réponse, ajoutant que le département de la justice va «sérieusement considérer» les informations fournies par  l’ACMP.
Dans sa lettre à l’Attorney General Alberto Gonzalez, l’ACMP lui avait  demandé de lancer une investigation contre le «Polisario» pour «les graves  crimes de meurtre, torture, esclavage, kidnapping, séquestration illégale des  personnes, trafic de personnes, détournement de l’aide internationale, trafic,  crime organisé et tout autre crime ou violation» commis à l’encontre des otages retenus, contre leur gré, dans les camps de concentration à Tindouf et  ailleurs en Algérie.
Dans une lettre adressée, jeudi dernier aux haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Louise Arbour, l’ACMP l’avait appelé à examiner la possibilité de placer les camps de Tindouf sous contrôle international et d’accorder la liberté de mouvement aux populations qui y sont séquestrées. Dans cette lettre, le président du l’ACMP a exprimé le vœu de voir la mission aborder avec les autorités algériennes les violations flagrantes des droits de l’homme commises par le «Polisario» sur le sol algérien et avec la bénédiction des autorités algériennes à l’encontre des anciens détenus marocains et des populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf en Algérie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *