Libertés syndicales : l’Algérie rappelée à l’ordre

Le Bureau international des services publics, basé à Genève, a interpellé l’Algérie au sujet des violations des libertés syndicales  et  des poursuites judiciaires engagées contre les cadres des syndicats, en  violation des conventions internationales en la matière.
Dans une correspondance adressée à la présidence algérienne, dont le  journal "Al Khabar" se fait l’écho, le Bureau international des services  publics, qui regroupe des organisations représentant quelque 20 millions de  travailleurs des secteurs publics, affirme que "le gouvernement algérien a  montré son manque de volonté de se conformer à la législation internationale  garantissant les libertés syndicales". Cette instance évoque à cet égard "le  harcèlement, les abus et les poursuites judiciaires contre des syndicalistes   de la part de l’administration" et demande aux autorités d’assurer le respect  des droits des travailleurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *