Maroc-Espagne : la consolidation

Maroc-Espagne : la consolidation

Un nouveau chapitre s’ouvre dans la coopération entre Rabat et Madrid, avec le lancement aujourd’hui des travaux de la huitième réunion maroco-espagnole de haut-niveau. La visite ce lundi du Premier ministre espagnol José Luis Zapatero, après plusieurs reports enregistrés courant 2006, constitue un signal fort pour cette coopération. Premier signe de cette nouvelle embellie qui s’annonce, l’Espagne, et pas plus tard que vendredi dernier, a ouvert une ligne de crédit de 16 millions d’euros destinés à la restructuration et la modernisation de la pêche artisanale au Maroc, alors que ce dernier vient de signifier formellement l’entrée en vigueur définitive de l’accord de pêche avec l’Union européenne (UE), lequel profite principalement aux armateurs espagnols. Cet accord permet de «normaliser nos relations avec l’UE et avec notre voisin le plus proche qui est l’Espagne» sur cet aspect particulier de la coopération bilatérale, a assuré récemment le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, Mohand Laenser. Les deux initiatives, par-delà de la confiance qui s’est renforcée entre Rabat et Madrid depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement socialiste espagnol, traduit la volonté des deux parties de hausser le niveau de leur coopération à son plus haut niveau. Cette volonté est d’ailleurs encouragée par le progrès notoire réalisé en 2006 sur le plan des échanges commerciaux. A ce stade, les chiffres sont très éloquents. Selon l’Office des Changes, les transactions commerciales entre les deux pays ont totalisé durant les neuf premiers mois de l’année écoulée quelque 33,5 milliards de dirhams (MMDH), contre 30 milliards une année auparavant. Les exportations marocaines vers l’Espagne sont de l’ordre de 16,18 MMDH, alors que les importations ont atteint 17,23 MMDH, soit un solde commercial légèrement supérieur à 1 milliard de dirhams en faveur de l’Espagne. Entre autres produits exportés par le Maroc, figurent notamment les vêtements confectionnés, les articles de bonneterie, les produits de la mer, les phosphates, les fils et câbles électriques, les chaussures et les légumes, sans oublier que le Royaume entamera à partir de l’année en cours l’exportation vers l’Espagne de la voiture de marque « Logan », produite à la Somaca. Par contre, les importations marocaines de l’Espagne varient entre les tissus de coton, les fibres synthétiques et artificielles, les produits chimiques, le gazole et le fuel-oil ainsi que les biens d’équipement. Ce volume d’échanges, qui est en constante évolution, confirme l’Espagne comme deuxième partenaire commercial du Maroc, après la France.  Au-delà de leur aspect commercial, les relations entre Rabat et Madrid, et après une période difficile vécue avec l’ancien gouvernement PP (Parti populaire) de José Maria Aznar, ont connu un niveau de compréhension et de concertation exemplaires sur le plan sécuritaire.
Les efforts du Maroc ont permis de réduire de 60% les tentatives d’émigration à partir du littoral national vers les rives espagnoles. La même tendance est enregistrée au niveau de la lutte antiterroriste, notamment dans l’affaire du réseau «Organisation Al Qaïda au Maghreb islamique».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *