Remaniement au sein de la justice

Remaniement au sein de la justice

Sa Majesté MohammedVI a procédé lundi 5 mars à Rabat, à de nouvelles nominations dans le secteur de la justice. Le Souverain était accompagné par Son Altesse royale le Prince héritier Moulay El Hassan qui fait ainsi son baptême des cérémonies officielles. Sa Majesté le Roi a ainsi désigné Moulay Taïeb Cherkaoui au poste de procureur général du Roi près la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire nationale habilitée à statuer en dernier recours. Me Cherkaoui a été, lui, remplacé à la Direction des affaires pénales et des grâces au ministère de la Justice par Mohamed Abdennabaoui qui quitte l’Administration pénitentiaire. Cette dernière, sur directives royales, sera dirigée par Mohamed Lididi, secrétaire général du ministère de la Justice, en attendant la nomination d’un nouveau directeur.
Lors de cette cérémonie, le Souverain a réitéré son attachement à sauvegarder l’indépendance de la justice et le renforcement du rôle des magistrats dans le cadre de la transparence et de la primauté des règles de droit. Il a aussi appelé les deux responsables nouvellement désignés à persévérer dans l’effort de modernisation des juridictions du pays et notamment la Cour suprême pour mener à bien le chantier de la réforme judiciaire initiée au Maroc depuis plusieurs années.
Les nouveaux responsables nommés par le Souverain sont de jeunes figures connues et confirmées de la justice marocaine. Moulay Taïeb Cherkaoui, natif de Boujaâd en 1949, est un magistrat bardé de diplômes dont un diplôme d’études approfondies en sociologie obtenu à Bordeaux en plus d’un diplôme d’études supérieures en sciences juridiques obtenu à Casablanca. Une bonne partie de la carrière de Me Cherkaoui a été construite à Casablanca où il avait fini par devenir procureur général du Roi. En 1997, il a été nommé à la tête de la Direction des affaires pénales et de grâce. Expert reconnu par les organismes arabes et internationaux, ce magistrat supervise toujours les travaux de la commission scientifique chargée de l’élaboration du nouveau Code pénal.
Mohamed Abdennabaoui, lui, est originaire de Khouribga où il a vu le jour en 1954. Titulaire d’une licence en droit et d’un DEA en droit civil, il intègre, à 24 ans, le corps de la magistrature pour finir magistrat de premier grade. Procureur du Roi près les tribunaux de première instance de Laâyoune, Benslimane et Mohammedia, Me Abdennabaoui est attaché, en 1993,  à la Direction des affaires pénales et des grâces au ministère de la Justice. Six ans plus tard, il est nommé substitut du procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca avant de renouer avec les tribunaux de première instance en tant que procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Casablanca-Anfa. Mohamed Abdennabaoui rejoindra par la suite le cabinet du ministre de la Justice où il est nommé conseiller avant de se voir confier la direction de l’Administration pénitentiaire et la gestion de bon nombre de dossiers dont les successives grèves des salafistes emprisonnés suite aux attentats du 16 mai 2003. Lors de la cérémonie de lundi, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a également reçu Mohamed Abdelmounim Al Majboud qui a quitté ses fonctions en tant que Procureur général du Roi près la Cour suprême pour avoir atteint l’âge de la retraite.  Le Souverain a décoré Me Al Majboud du Ouissam Al Arch de l’ordre d’officier pour les services qu’il a rendus à la justice et pour ses qualités humaines et professionnelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *