Sécurité publique : le plan Benmoussa

Sécurité publique : le plan Benmoussa

Le taux de criminalité a enregistré une hausse de 2% durant les neuf premiers mois de l’année en cours par rapport à 2005. Ce chiffre, qui vient d’être annoncé, confirme le sentiment d’insécurité exprimé par la population, après la révélation ces derniers temps de meurtres crapuleux commis ici et là à travers le Royaume. L’enfant Hamza Shimida retrouvé mort le 6 novembre courant à Marrakech après avoir été sauvagement violé, en offre une preuve flagrante. Face à cette recrudescence de la criminalité, le ministre de l’Intérieur ne compte pas baisser les bras. Chakib Benmoussa a annoncé mardi dernier des mesures rigoureuses pour lutter contre ce phénomène. Répondant à une question orale à la Chambre des conseillers en rapport avec la «dissolution» des Groupements urbains de sécurité, le ministre a affirmé qu’il s’agissait plutôt d’un redéploiement destiné à «étendre la couverture sécuritaire à toutes les régions, notamment aux zones sensibles». Cette mesure a été prise alors que le ministère de l’Intérieur se prépare à «généraliser ses services à l’ensemble des régions urbaines en vue d’être au diapason du progrès urbanistique à travers l’élaboration d’un programme basé sur des données objectives». A ce propos, le ministre a annoncé la mise en place de six nouveaux centres de police, le réaménagement de plusieurs locaux de la Sûreté nationale, la transformation de nombreux commissariats en districts de police, la modernisation des moyens d’action de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)… Pour réaliser cet objectif, le ministère de l’Intérieur n’a pas lésiné sur les moyens. A cet égard, il a révisé à la hausse son enveloppe budgétaire destinée à l’amélioration des conditions de travail des agents de police. De l’ordre de 618 millions de DH, cette enveloppe est en hausse de 9% par rapport à l’année 2006. Outre les moyens techniques qui seront mis à la disposition des agents de l’ordre, plusieurs mesures seront prises pour améliorer leurs conditions sociales : octroi de crédits logement à des prix préférentiels, indemnités versées au profit des agents contraints parfois de travailler au-delà des heures réglementaires…
Redéploiement des «GUS», création de nouveaux centres de police, modernisation et généralisation des services du corps de la police, revalorisation du statut matériel et social des agents de l’ordre… sont les principaux axes de la nouvelle stratégie du ministère de l’Intérieur pour le renforcement de la sécurité publique. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *