12ème sommet de l OCI du Caire

12ème sommet de l OCI du Caire

De nouveaux défis s’offrent au monde arabe. Le constat est clair, vu la tension où baigne la région depuis plus de deux ans. Les opportunités, pour leur part, sont en expansion. Le contexte exceptionnel du monde arabe, en général, et musulman en particulier, est au cœur des travaux du 12ème sommet de l’organisation de la coopération islamique (OCI), dont les travaux ont démarré hier au Caire sous la participation du Maroc, représenté par le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane. Le sommet de l’OCI dressera ainsi un aperçu de la réalité politique, sécuritaire et économique de la région dont l’ambition est de mobiliser les capacités des pays islamiques de serrer leurs rangs face aux dangers qui les guettent. Le volet politique reste omniprésent. Les décideurs appellent à ouvrir la voie à un système pleinement démocratique. C’est le cas de la Syrie, le principal membre absent du sommet. Les intervenants à la session d’ouverture ont invité la direction du pays à prendre une position claire qui tienne compte de la complexité du dossier et de ses répercussions sur l’équilibre et la stabilité régionaux. Le président égyptien Mohamed Morsi a appelé l’opposition syrienne à prendre les mesures nécessaires afin d’assurer un transfert pacifique du pouvoir et répondre aux aspirations du peuple syrien. Morsi a qualifié de  «grave» la situation en Syrie sollicitant le  «régime syrien à tirer les leçons de l’histoire». De même, Ekmeleddin Ihsanoglu, SG de l’OCI a recommandé à la Syrie de mettre l’intérêt suprême du pays et l’unité de son peuple au-dessus de toute autre considération, déplorant dans ce sens l’incapacité du Conseil de sécurité de l’ONU à trouver une solution à ce différend qui perdure.
Ainsi, le 12ème sommet de l’OCI, qui sera couronné par «la déclaration du Caire», examinera, entre autres, les tensions au Mali, à la Somalie, à l’Afghanistan et au Soudan. En outre, les questions de la recrudescence  l’extrémisme et l’instrumentalisation de la religion ainsi que la montée de l’islamophobie en Occident seront traitées afin d’aboutir aux moyens à mettre en œuvre pour la promotion du dialogue et de la tolérance et la préservation de la paix et la sécurité internationales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *