13,2 milliards de dirhams alloués au dialogue social

13,2 milliards de dirhams alloués au dialogue social

Le projet de loi de Finances sera adopté lors du prochain Conseil de gouvernement prévu jeudi prochain. C’est ce qu’a indiqué récemment Nizar Baraka, ministre de l’économie et des finances. La création de 26.204 postes d’emploi, l’allocation de 13,2 milliards de dirhams pour la mise en œuvre des engagements contractés au titre du dialogue social sont parmi les mesures de ce projet de loi décliné lors du Conseil de gouvernement tenu jeudi 1er mars. Ce projet de loi prévoit également la mobilisation de deux milliards de dirhams pour le financement des programmes sociaux relatifs à l’assistance médicale, à la lutte contre la déperdition scolaire et au soutien des prestations fournies aux personnes en situation d’handicap, outre l’affectation d’une enveloppe de 2,6 milliards de dirhams pour le désenclavement du monde rural. Le projet de loi de Finances du gouvernement Benkirane prévoit un taux de croissance de 4,2% et la réduction du déficit budgétaire de 6,1 à 5% du PIB.
«Le projet s’articule autour de trois orientations fondamentales. Il s’agit premièrement du renforcement de l’Etat de droit et des principes de bonne gouvernance. Le deuxième axe vise la consolidation des bases d’une croissance économique forte et durable adossée à une intensification de l’investissement public et à la poursuite de l’effort d’investissement dans le domaine des infrastructures, outre le rétablissement des équilibres macroéconomiques», a indiqué Mostapha El Khalfi, ministre de la communication, porte- parole du gouvernement , s’exprimant lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement. M. Khalfi a cité en troisième lieu l’impératif d’assurer l’accès équitable aux services de base et la consécration des principes de solidarité et d’égalité des chances.
Par ailleurs, notons comme l’ont souligné  des membres du gouvernement que ce projet de loi de Finances intervient dans une conjoncture économique mondiale difficile notamment pour les principaux partenaires du Maroc en Europe, outre une situation financière et économique interne marquée aujourd’hui par une sécheresse que vit le pays et ses éventuelles conséquences.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *