Abdelilah Benkirane sur la chaîne Al-Jazeera

Abdelilah Benkirane sur la chaîne Al-Jazeera

«Si l’expérience de l’actuel gouvernement ne réussit pas et qu’on régresse vers l’ancienne ère et la logique de monopole, l’avenir du pays sera incertain. Et ni la Constitution ni les réformes ne nous seront d’une grande aide», a souligné Abdelilah Benkirane, le chef de gouvernement, invité de l’émission «Bila Houdoud» diffusée mercredi 1er août sur la chaîne Al-Jazeera. «La réussite de cette expérience est ce que veulent aujourd’hui les Marocains et leur Roi, garant de l’unité de la nation et de la continuité de l’Etat qui a exprimé sa ferme volonté et donné toutes les garanties pour la réussite de notre expérience».
Les Marocains «ont fait leur révolution» dans un esprit de partenariat entre le Roi, le peuple et les partis politiques et les syndicats, a déclaré le chef de gouvernement affirmant avoir accédé à la responsabilité gouvernementale dans des circonstances difficiles pour faire face aux défis de l’enseignement, de la justice, du logement, de l’emploi et de la santé.
M. Benkirane a affirmé que «le temps de la tolérance est révolu» en matière de lutte contre la corruption et que le gouvernement fera face aux poches de résistance. Celui-ci rendra difficile la tâche à ceux qui profitent du système de la rente. Le chef de gouvernement a estimé qu’il «ne pourrait lui seul parvenir à surmonter les dysfonctionnements cumulés et affronter tous les problèmes et menaces de manière hâtive». Il a dans ce sens appelé le peuple marocain à faire preuve de patience et d’esprit de sacrifice en vue de mettre en œuvre les réformes escomptées et bâtir les fondements du progrès à venir. Abordant les prérogatives du gouvernement et du chef de l’Exécutif stipulées dans le texte de la Constitution, il a indiqué que «plus de mille nominations dans les postes de responsabilité sont du ressort du pouvoir exécutif». Désormais avec la nouvelle Constitution, et contrairement au passé, toute nomination que ce soit par le biais du Conseil de gouvernement ou du Conseil des ministres, a-t-il dit, «passe impérativement par le chef de gouvernement, sauf dans l’armée et les affaires islamiques» dont les nominations relèvent de la compétence de SM le Roi. Par ailleurs, M. Benkirane s’est dit attaché aux principes de bonne gouvernance et d’intégrité dans l’exercice des affaires gouvernementales en tant que préalables à tout processus de réforme et à la mise en œuvre optimale de ses chantiers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *