Benkirane : Les mesures prises pour la rentrée scolaire visent à restaurer l’attractivité et l’efficacité du système d’enseignement public

Benkirane : Les mesures prises pour la rentrée scolaire visent à restaurer l’attractivité et l’efficacité du système d’enseignement public

Les mesures prises par le ministère de l’Education nationale à l’occasion de la rentrée scolaire 2012-2013 visent à restaurer l’attractivité et l’efficacité du système de l’enseignement public, a affirmé, jeudi à Rabat, le chef de gouvernement, Abdelillah Benkirane.
Intervenant en début du conseil de gouvernement, M. Benkirane a indiqué que la rentrée scolaire se déroule, jusqu’à présent, dans de bonnes conditions, soulignant que le gouvernement appuie les mesures prises par le ministère de tutelle en vue de consacrer « la logique, l’ordre et le respect de la loi pour éviter davantage de dysfonctionnements dans le système éducatif et l’hémorragie de ses compétences au profit du secteur de l’enseignement privé ».
« Nous ne faisons aucune distinction entre les élèves du secteur public et ceux du privé, et nous veillons à ce que les élèves de l’enseignement privé bénéficient de l’attention, de l’encadrement et de la supervision nécessaires », a-t-il ajouté, exprimant la disponibilité du gouvernement à aider le secteur de l’enseignement privé à assurer la formation de ses cadres enseignants.
M. Benkirane a noté, dans ce sens: « Nous comptons également sur le secteur privé pour contribuer à la formation des cadres de l’avenir, sans pour autant que cela se fasse au détriment de l’école publique, qui reçoit cette année 6.672.592 élèves, poursuivant leurs études dans les cycles de l’enseignement primaire, secondaire collégial et secondaire qualifiant, sous la supervision de 300.000 enseignants et fonctionnaires.
Dans ce cadre, le chef de gouvernement a souligné l’importance de ce chiffre, par rapport aux 726.483 élèves qui poursuivent leurs études dans l’enseignement privé, rappelant que le nombre des nouveaux inscrits dans l’enseignement primaire cette année s’élève à 666.440.
« Nous n’avons pas interdit aux enseignants de l’enseignement public de contribuer à l’encadrement de l’enseignement privé, mais cela doit se faire dans les limites de la loi, et sur avis du ministère, de façon à ne pas affecter leurs engagements et leurs responsabilités en tant que fonctionnaires de l’Etat, et à rendre plus attractif le système de l’enseignement public ».
Le ministre de l’Education nationale, M. Mohamed El Ouafa avait publié, récemment, un arrêté suspendant temporairement la circulaire ministérielle n 109 du 3 septembre 2008, autorisant les cadres du corps enseignant à donner des heures supplémentaires dans les établissements d’enseignement scolaire privé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *