Boujdour : Les mines du Polisario font une nouvelle victime

Boujdour : Les mines du Polisario font une nouvelle victime

Un jeune homme a trouvé la mort la semaine dernière suite à l’explosion d’une mine dans la région de Jrifia située à 90 km de Boujdour.

Les mines du Polisario continuent donc de tuer dans les provinces du Sud. La dernière victime en date est un jeune originaire de la région qui circulait à bord d’un véhicule tout-terrain, aux environs de Boujdour, parti à la quête de pâturage pour ses troupeaux, avant de faire les frais de l’explosion d’une mine antipersonnel qui a pulvérisé sa voiture. Une ambulance a été dépêchée sur les lieux de l’accident pour conduire la victime à l’hôpital provincial de Boujdour où elle a rendu l’âme.

Les mines antipersonnel rendent périlleux les déplacements dans les régions du Sahara, notamment pour les bédouins, les nomades, les bergers et toutes les personnes empruntant les routes non goudronnées. Le Polisario avait pris l’habitude durant la dernière moitié du siècle dernier de semer des mines antipersonnel, de manière à la fois aléatoire et barbare, chaque fois que ses membres se trouvaient pourchassés par les FAR. Leur localisation est non seulement difficile, mais il n’existe ni carte ni données précises concernant leur emplacement.

Cet incident n’est pas le premier du genre et ne sera certainement pas le dernier malgré la campagne lancée dans les provinces du Sud depuis 2007 par l’armée marocaine qui a entrepris une grande opération de déminage au Sahara. Cette opération a mobilisé trois unités du génie militaire et a impliqué 9.000 soldats. La priorité a été donnée aux zones peuplées, aux pâturages et aux points d’eau.

L’opération de déminage se heurte à plusieurs obstacles dont notamment l’étendue de ce territoire alors que les mines sont posées anarchiquement par les séparatistes. La chaleur, les vents violents et les pluies diluviennes rendent le déminage et la détection difficiles, ainsi que l’inexistence d’engins démineurs.

Pour sa part, le tissu associatif local se mobilise également pour atténuer les risques liés à ces mines à travers des campagnes de sensibilisation, et ce pour attirer l’attention des autorités locales sur les dangers que représentent ces mines à l’égard des enfants et les éleveurs de la région, qui sont la tranche de population la plus menacée et inciter la population locale à faire preuve de plus de vigilance.

Et aussi en prodiguant une série de conseils portant sur les mesures à prendre en cas d’explosion d’une mine antipersonnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *