Clôture de l’instruction dans l’affaire Comanav

Clôture de l’instruction dans l’affaire Comanav

Le juge d’instruction chargé des crimes financiers près l’annexe de la Cour d’appel de Salé, a clôturé, mardi à Salé, l’instruction préliminaire et détaillée après une confrontation entre sept mis en cause dans l’affaire Comanav.
Sept personnes (anciens responsables, cadres et employés de la compagnie) sont poursuivis dans le cadre de ce dossier soumis le 19 juin au Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat, dont six en état de détention préventive et une placée sous surveillance judiciaire.
Les chefs d’accusation retenus contre les mis en cause consistent, chacun en ce qui le concerne, en « la constitution d’une bande criminelle, préparation pour l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, divulgation du secret professionnel, incitation et participation au sabotage d’établissements publics (ports et bateaux) et entrave à la liberté du travail ».
Le juge d’instruction avait entendu le président-directeur général de la société Comanav et ses deux fils, l’un d’eux étant l’ancien maire de Tanger, ainsi que des cadres de la compagnie, en tant que témoins.
Un communiqué du Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat avait indiqué que, suite aux informations reçues par le Parquet général, selon lesquelles des individus ont perpétré des actes illégaux de nature à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et aux intérêts économiques nationaux, à endommager des structures, des ports et des bateaux et à entraver la liberté du travail au port Tanger-Med, le juge d’instruction a chargé, sur la base d’une commission rogatoire, la Brigade nationale de la police judiciaire de mener des investigations au terme desquelles sept individus ont été auditionnés, dont six ont été placés en détention préventive.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *