Coopération antiterroriste : Le Maroc, un partenaire privilégié pour les Etats-Unis et l’Europe

Coopération antiterroriste : Le Maroc, un partenaire privilégié pour les Etats-Unis et l’Europe

Les coups portés aux ambitions de certains groupes terroristes limitent leur expansion. Il n’en demeure pas moins que le danger existe, notamment en Libye où l’établissement d’institutions étatiques est toujours en question.

Le Maroc est un partenaire important pour l’Europe et les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme. C’est la conclusion retenue dans un document récemment publié par OCP Policy Center. Intitulé «Challenges for transatlantic : Counterterrorism Cooperation in North Africa», le document met en avant la coopération étroite entre le Maroc et les Etats-Unis dans la lutte antiterroriste. En effet, le think tank a souligné que l’émergence de groupes terroristes en Libye, en Egypte, en Tunisie, en Algérie et au Mali continue d’être une préoccupation réelle pour la sécurité de toute la région. Dans la lutte antiterroriste, le Maroc a depuis longtemps été un partenaire privilégié aussi bien pour l’Europe que pour les Etats-Unis, et notamment depuis 2004 où le pays était érigé comme allié majeur non appartenant à l’OTAN.

La coopération entre le Maroc et les Etats-Unis a ainsi été fructueuse à plusieurs niveaux. Pour ainsi renforcer leur coopération dans le domaine sécuritaire le Maroc et les Etats-Unis ont concu des programmes tels que l’«African Lion». Ce type de coopération permet aux services de sécurité d’échanger leur savoir-faire dans le domaine. Dans le même sens, le document d’OCP Policy Center a mis en avant la politique interne du Maroc dans la lutte contre la radicalisation. Ce programme, selon ledit document, est un modèle à suivre dans la région Mena. Par ailleurs, le think tank évalue également la situation sécuritaire de la région et notamment en Libye où le Maroc a joué un rôle constructif.

Concernant la prolifération des cellules terroristes, le rapport d’OCP Policy Center met l’accent sur les facteurs pouvant aider à la croissance de ces groupes. Toutefois, le think tank souligne que les coups portés aux ambitions de certains groupes terroristes limitent leur expansion. Il n’en demeure pas moins que le danger existe, notamment en Libye où l’établissement d’institutions étatiques est toujours en question. Quant à l’Algérie, le rapport a pointé du doigt l’incertitude qui règne sur l’avenir du pays. Le rapport évoque entre autres une instabilité à venir due aux luttes des élites. Celles-ci pourraient mener à un effondrement interne soutenu par le mécontentement social toujours persistant, indique le rapport.    

Dans la même lignée, la sécurité régionale continuera d’être une préoccupation du côté de l’Europe et pourrait devenir une question cruciale pour les États-Unis au fil du temps, selon la même source. C’est dans cette perspective que le renforcement de la coopération entre l’Europe, les Etats-Unis et des pays comme le Maroc est essentielle, indique le rapport.

Plus en détails, le document soutient l’idée que les secteurs militaires de sécurité existants et d’autres programmes liés à la lutte contre le terrorisme devraient rester en place, en particulier dans des pays comme le Maroc ou la Tunisie, qui ont besoin davantage de soutien. En effet, cette approche vise essentiellement à parer aux problèmes de sécurité mais aussi à d’autres problèmes auxquels ces pays sont confrontés, souligne le think tank.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *