Crans Montana : Une 4ème édition sur fond d’explosion démographique de l’Afrique d’ici 2050 !

Crans Montana : Une 4ème édition sur fond d’explosion démographique de l’Afrique d’ici 2050 !

Du 15 au 20 mars, la 4ème édition à Dakhla du Sommet international du Crans Montana est placée sous des questions sécuritaires à tous les niveaux. Explosion démographique, migration, pauvreté, sécurité sanitaire, énergies renouvelables sont autant de problématiques qui ont été traitées durant cet événement qui a réuni plus d’une centaine de personnes venues des quatre coins du monde. Les détails…

Le Maroc est devenu le centre mondial de la réflexion entre les pays. L’objectif étant de promouvoir les relations de la coopération Sud-Sud. L’amélioration de la gouvernance dans les pays d’Afrique est également un axe très important. Et ce qui est sûr, c’est que la tenue régulière de ce forum démontre la volonté du Maroc d’accélérer le processus.

Dakhla accueille du 15 au 20 mars la 4ème édition du Sommet mondial Crans Montana. Plus de 1.000 personnes représentant 114 pays dont 49 pays d’Afrique sont venus pour échanger et surtout comprendre les enjeux que représente cette région du Maroc. Toujours et encore, la perle du Sud a été choisie pour abriter l’événement. Une symbolique qui confirme le rayonnement du Maroc dans le monde. La stratégie nationale, orientée résolument vers la coopération Sud-Sud, est ainsi valorisée à travers cet événement. Au-delà des opportunités dont recèle la région, la quête d’investisseurs dans des domaines porteurs comme le tourisme, la pêche et le BTP est réelle. L’Etat ne pouvant plus être le principal investisseur. Les dés sont jetés. Et les efforts consentis pour promouvoir la ville se confirment à travers l’organisation d’un tel événement.

«(…) L’Afrique est à la croisée des chemins. Les transformations à l’œuvre dans le continent sont multidimensionnelles. Elles esquissent une Afrique en mutation rapide, une Afrique de plus en plus éloignée des stéréotypes et des clichés négatifs qui lui sont affublés. L’Afrique, c’est 30 millions de kilomètres carrés. En 2050, elle comptera 2,5 milliards d’habitants dont la moitié aura moins de 25 ans. (…) Depuis 15 ans, 1.000 accords de coopération ont été signés avec 28 pays africains ; ils ont trait à des domaines aussi variés que l’éducation, la santé, la formation, l’infrastructure et l’agriculture. L’offre marocaine qui place l’humain au centre de ses préoccupations et combine l’économique, le social, le culturel, le sécuritaire et le militaire est de ce point de vue aussi tout à fait unique dans son genre. (…)». Cet extrait de la Lettre royale adressée à l’assistance du Crans Montana par la voix du président de la Région de Dakhla, Yanja Khattat plante aisément le décor d’une configuration géostratégique favorable au Maroc considéré depuis toujours comme une plate-forme entre l’Europe et le reste du continent africain.

Après cette introduction officielle, soulignée par la présence de Sâad Eddine El Othmani, chef de gouvernement, c’est au tour de Jean-Paul Carteron, fondateur et président d’honneur du Crans Montana, de souligner la symbiose entre les peuples. Faire l’éloge du Maroc quant à ses avancées tant économiques que politiques et sociales c’est aussi rappeler que la demande du Maroc d’adhérer à la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) a été accueillie favorablement. Et c’est bien dans ce sens que Mustapha Cissé Lo en sa qualité de président du Parlement de la CEDEAO a rappelé que «le Maroc est devenu le centre mondial de la réflexion entre les pays. L’objectif étant de promouvoir les relations de la coopération Sud-Sud.

L’amélioration de la gouvernance dans les pays d’Afrique est également un axe très important. Et ce qui est sûr, c’est que la tenue régulière de ce forum démontre la volonté du Maroc d’accélérer le processus». Dans l’attente d’une réponse officielle par le président du Parlement de la CEDEAO, le Maroc affiche sa volonté de développer des marchés nouveaux avec des partenaires nouveaux. «49 pays d’Afrique sont venus à cette édition. Il en reste 5». Le rappel du fondateur de cette initiative internationale se comprend de lui-même. Et c’est bien dans ce sens que tous les axes de cette édition font référence à la sécurité.

Le zoom de la route de la soie sera également évoqué. Et pour cause: le souhait de faire de Dakhla un point de gravitation de cette route. En parfait diplomate, Jean-Paul Carteron se fait entendre. Sur un registre plus tragique, la question de la migration interpelle et nécessite une prise de conscience de tous les Etats concernés pour la mise en œuvre d’actions ciblées et surtout efficaces. Cette problématique sera aussi traitée dans une des conférences après la session plénière. Pour sa part, Grace Njapau, ex-ministre des affaires intérieures de la Zambie, a rappelé que «la nouvelle ère de la mondialisation est bel et bien affichée. L’Afrique qui comptera 2,4 milliards de personnes, d’ici quelques décennies, devra prendre les bonnes décisions pour accompagner cette croissance démographique exponentielle sinon nous irons droit dans le mur». L’ex-ministre ne mâche pas ses mots. «Aujourd’hui, nous devons agir en bonne harmonie avec les bons instruments sinon ce ne sera que du bruit et non de la musique que nous obtiendrons». La métaphore est forte. Elle résume la situation alarmante vers laquelle se dirige l’Afrique.

La présence du révérend Jesse Jackson, comme à l’accoutumée, viendra apporter une touche humaine et spirituelle aux différents échanges. Mais le clou du spectacle fut l’arrivée surprise de Nicolas Sarkozy.
Un entretien avec l’ex-président de la République française, conduit par la journaliste Fatiha El Aouni, a permis de clôturer la session plénière d’une manière assez détendue sur des questions cruciales ayant trait justement à l’explosion démographique en Afrique, la stabilité du pays, le discours révolutionnaire de SM le Roi pour modifier la Constitution et le retour du Maroc à l’Union africaine. Edifiant.
L’impact des dernières éditions du Crans Montana devra être valorisé sans plus tarder. Le compte à rebours a commencé…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *