Des drones américains déployés depuis plusieurs mois au Yémen

Des drones américains déployés depuis plusieurs mois au Yémen

Le gouvernement américain a déployé depuis plusieurs mois des drones Predator au Yémen afin de mener la chasse aux éléments du réseau Al-Qaïda, de plus en plus actifs dans ce pays, rapporte dimanche le Washington Post. Citant de hauts responsables américains, le quotidien indique que l’armée américaine et les agents de renseignements n’ont pas tiré de missiles à partir de ces appareils par manque d’informations sur les localisations de ces combattants. La branche yéménite d’Al-Qaïda a revendiqué l’envoi de deux colis piégés adressés à des synagogues de Chicago (nord des Etats-Unis) et interceptés le 29 octobre dans des avions sur les aéroports de Dubaï et Londres. Les responsables américains cités par le Post indiquent que les Predator sillonnent le ciel du Yémen depuis plusieurs mois à la recherche des chefs et des éléments d’Al-Qaïda. Mais les responsables du réseau «se terrent» depuis une série d’offensives de l’armée yéménite et de tirs de missiles de croisière américains en début d’année, a affirmé au quotidien un haut responsable du gouvernement américain. Le journal souligne également que les responsables yéménites sont extrêmement réservés quant à ces armes, qu’ils estiment pouvoir s’avérer contre-productives. «Pourquoi se faire des ennemis en ce moment?», s’est interrogé Mohammed Abdulahoum, un haut responsable yéménite, cité par le Post. «Il n’y a pas de rejet anti-Américains au Yémen. L’Occident est respecté. Pourquoi gâcher tout cela pour une ou deux frappes, quand vous ne savez pas qui vous frappez?» A la place, le Yémen a demandé aux Etats-Unis d’accélérer la livraison promise d’hélicoptères et d’autre matériel militaire, selon le journal, à qui un responsable du ministère de la Défense a confié que les Etats-Unis prévoyaient de quasi doubler leur aide militaire au Yémen pour la porter à 250 millions dollars en 2011. Samedi, le secrétaire américain à la Défense a confirmé, lors d’une visite en Australie, que Washington, inquiets de l’installation d’Al-Qaïda dans ce pays, examinait la possibilité de renforcer les forces de sécurité yéménites.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *