Etats-Unis : Le budget 2014 prévoit le financement de projets de développement dans le Sahara marocain

Etats-Unis : Le budget 2014 prévoit le financement de projets de développement dans le Sahara marocain

Dans la foulée de la visite officielle de travail effectuée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux Etats-Unis, le Président Barack Obama a signé, vendredi soir à Washington, le document portant promulgation de la loi de finances au titre de l’année 2014, qui prévoit une aide pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Maroc.

Tout comme le Congrès américain, qui avait auparavant et à maintes reprises, exprimé un soutien bipartisan à cette mesure à travers des lettres, des rapports et tout récemment par le biais d’un vote oral au mois de juillet dernier, l’actuelle loi de finances exprime aussi un soutien significatif clair à l’égard à la position de l’Administration américaine vis-à-vis du plan marocain d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, que Washington avait déjà qualifié de « sérieux, réaliste et crédible ».

Cette nouvelle loi de finances intervient à peine quelques mois après la visite de Sa Majesté le Roi aux Etats-Unis au cours de laquelle le Souverain avait eu une rencontre au sommet avec le Président Obama, à la Maison Blanche. 

Dans le communiqué conjoint ayant sanctionné ces entretiens, les deux chefs d’Etat avaient mis l’accent sur le partenariat séculaire liant les deux pays, ainsi que leur « engagement commun » pour les réformes démocratiques et économiques, ainsi qu’en faveur de la sécurité régionale, la lutte anti-terroriste, la coopération dans les domaines culturel et d’éducation, le processus de paix au Proche-Orient et l’amélioration des conditions de vie des populations du Sahara.

« En adoptant cette loi de finances, le Congrès américain a, par la même occasion, envoyé un message clair de soutien à la politique bipartisane des Etats-Unis visant le règlement de la question du Sahara sur la base de la proposition marocaine d’autonomie », affirme l’ancien ambassadeur américain, Edouard Gabriel, dans une déclaration à la MAP.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *