Incendie de Londres : un bilan miraculeux

Dimanche, à l’aube, une déflagration se fait entendre à plus de 160 km de Hemel Hempstead, une localité proche de Londres. C’est la panique générale chez la population britannique. Effrayés par le bruit infernal, les citoyens croyaient subir à nouveau un attentat terroriste, similaire à celui qui a frappé le cœur de la capitale le 11 juillet dernier. Ce n’est que quelques minutes plus tard que la nouvelle se répand en Grande-Bretagne. En fait, il s’agit d’une explosion du dépôt de carburants de Buncefield à Hemel Hempstead.
Les pompiers dépêchés sur place n’ont pas pu s’approcher du feu dimanche à cause de la chaleur intense émanant de cet endroit. Ils ont passé la nuit à discuter avec les autorités environnementales de la manière avec laquelle ils pourraient lutter contre les flammes sans polluer les réserves d’eau.
"C’est le plus grand incendie de ce genre jamais rencontré en Grande-Bretagne et ailleurs en Europe", a déclaré le chef des pompiers du comté de Hertfordshire, Roy Wilsher, dans des propos relayés par l’agence Reuters. Ce n’est que le lundi matin que les pompiers ont reçu l’autorisation des autorités pour commencer à lutter contre le brasier. Les soldats du feu ont usé de diverses techniques assez pointues pour maîtriser le sinistre en créant une couverture de mousse sur les citernes en flammes. Selon les autorités, quelque 25.000 litres d’eau sont pompés chaque minute dans le Grand Union Canal pour lutter contre le sinistre. Jusqu’à présent, les pompiers n’ont fait que contenir les flammes.
Le souffle des explosions a fait des dégâts à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Le quartier étant assez résidentiel, les autorités ont fait procéder à l’évacuation comme l’explique le chef de la police locale : "Près de 2.000 personnes ont été évacuées, non à cause des risques d’explosions mais à cause des fumées âcres qui sont devenues le principal problème". Quarante-trois personnes ont été blessées dans cet incident dont une personne dans un état grave. Un bilan miraculeux diraient certains, vu la puissance des déflagrations. Trois immeubles ont été gravement endommagés, un tronçon de l’autoroute voisine a dû être fermé dans les deux sens.
Les pompiers ont tenté de contenir l’expansion du sinistre en projetant un rideau d’eau entre les flammes et les sept dernières cuves non touchées. Le dépôt de Buncefield est conjointement exploité par Texaco et Total. Il stocke habituellement 150.000 tonnes de divers carburants et dérivés pétroliers. Selon les experts, les fumées dégagées par l’incendie ne présentent aucun danger pour la santé, pour le moment.Selon la police, les déflagrations semblent accidentelles. La thèse de l’accident reste en effet pour l’instant privilégiée par les enquêteurs. Cette explosion de Hemel Hempstead survenue dimanche 11 décembre est considérée comme étant l’un des plus grands incendies survenus en Europe en tant de paix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *