Jorf Lasfar Energy Company entre en bourse en décembre

Jorf Lasfar Energy Company entre en bourse en décembre

Bonne nouvelle pour le marché. La Bourse de Casablanca ne finira tout de même pas l’année 2013 avec zéro introduction. Non seulement ça, mais elle va se payer en plus une belle opération avec l’introduction en bourse de Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) dont le capital est détenu à 100% par le groupe émirati Taqa depuis 2007.

Selon des informations dûment recoupées, l’opération, qui attend le visa du CDVM pour les jours à venir, portera sur près d’un milliard DH.

La moitié de l’enveloppe, soit 500 millions DH, correspondra  à une augmentation de capital avec de nouveaux titres qui seront mis sur le marché tandis que l’autre moitié sera réalisée par un placement privé auprès des grands investisseurs institutionnels.

Pour les besoins de cette introduction, JLEC a fait l’objet d’une valorisation qui a abouti à 9 milliards DH, ce qui devrait correspondre à un prix de lancement tournant autour de 450 DH par action.

Selon nos sources, pour les banques d’affaires en charge de l’opération, le choix du management de JLEC s’est porté sur le trio Attijari Finances Corp, Société Générale et Upline Corporate Finance. Les mêmes sources indiquent également que l’opération sera annoncée très probablement à la fin du mois de novembre pour une période de souscription courant décembre sans en indiquer la durée et la date précise.

Pour rappel, JLEC est aujourd’hui le premier producteur privé d’électricité et le principal fournisseur de l’ONEE puisqu’il couvre environ 38% de la demande nationale en énergie électrique. Créée en 1997 par ABB Energy Ventures et CMS Generation dans la cadre d’un contrat dit BOT (build, operate and transfer) portant sur la réalisation et l’exploitation des modules 3 et 4 de la centrale dont les deux premiers avaient été directement réalisés par l’ONEE.

Après avoir pris le contrôle de la totalité du capital de JLEC, en 2007, l’émirati Taqa s’est porté candidat pour la réalisation des modules 5 et 6 faisant l’objet d’un contrat signé en 2011 avec l’ONEE et qui expirera en 2044. Pour financer le projet, on rappellera aussi que JLEC avait levé un financement de près de 1,4 milliard de dollars auprès d’un consortium bancaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *