La carte de la pauvreté expliquée par Lahlimi

« Le savoir-faire accumulé lors de l’élaboration de la carte communale de la pauvreté permettra au Haut Commissariat au Plan de renforcer ses capacités en termes d’analyses socio-économiques, de valorisation des données des recensements de population et des enquêtes statistiques, d’atténuation du déficit chronique en données communales et provinciales », a affirmé M. Lahlimi à l’ouverture d’un séminaire, organisé lundi par le Haut Commissariat au Plan avec la Banque mondiale et consacré à la présentation de « la carte de pauvreté communale ».
« A la veille de l’organisation au Maroc du cinquième recensement général de la population et de l’habitat en septembre 2004, a précisé le Haut Commissaire, cette technique est certainement d’une grande utilité alors que la planification dans notre pays s’oriente vers l’innovation en privilégiant dans sa conception la prospective, l’approche stratégique et l’évaluation prenant en compte l’évolution de l’économie et de la société de notre pays, de son environnement régional et international et de son engagement sous les Hautes instructions de SM le Roi, dans une démarche résolument plus active basée sur l’aménagement du territoire et de la régionalisation ».
Intervenant par la même occasion, le directeur du département Maghreb à la Banque mondiale (BM), M. Théodore Ahlers, a affirmé que la réalisation de cette carte « constitue un exploit et un succès pour le Maroc ». « Notre partenariat exemplaire avec le Haut Commissariat au Plan et la direction de la statistique a débouché sur la mise en place d’un Observatoire des conditions de vie qui constitue le point focal pour l’analyse de la pauvreté », a précisé M. Ahlers ajoutant que la qualité des données et des analyses relatives à la pauvreté s’en est trouvée substantiellement améliorée.
« L’impact positif attendu de la production de ces données et de leur dissémination sur l’amélioration de la conception et du ciblage des actions de développement du gouvernement et de ses partenaires afin d’aider à réduire la pauvreté et la vulnérabilité, constitue l’objectif principal de la Banque mondiale », a-t-il souligné. Basée sur les données du Recensement général de la population et de l’habitat de 1994 et de l’Enquête nationale sur le niveau de vie des ménages 1998/99, la cartographie de la pauvreté communale, qui se réfère à l’approche méthodologique « Poverty Mapping » pour reconstituer les indicateurs du niveau de vie, de la pauvreté, de l’inégalité et de la vulnérabilité à l’échelle régionale, provinciale et communale. Cette approche contribuera au passage des unités classiques d’analyse (milieu et région) à de nouvelles unités d’analyse plus fines.
Cette carte constitue une illustration de la valorisation des données des recensements dans des domaines aussi fondamentaux que la planification économique et sociale et l’aménagement du territoire. La superposition de plusieurs cartes dont celles relatives aux revenus, à l’emploi, au chômage, à l’analphabétisme, à la formation, aux infrastructures socio-économiques, aux investissements publics, etc, permettra notamment de mener des analyses approfondies et de définir des politiques efficaces d’allocation des ressources pour atteindre des objectifs nationaux, régionaux ou locaux.
Outre la répartition des dépenses de consommation des ménages qu’elle permet, cette cartographie s’identifie, en effet, à une base de données sur la pauvreté numérique, sa sévérité, son acuité ainsi que la vulnérabilité économique et l’inégalité sociale. Ce séminaire,organisé en partenariat avec la Banque mondiale se veut un cadre d’information et d’échange sur une approche novatrice de la pauvreté.
Il s’inscrit dans le cadre de rencontres thématiques organisées par le Haut Commissariat au Plan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *