La Centrale de Tahaddart certifiée ISO 14001

La Centrale de Tahaddart certifiée ISO 14001

La Centrale de Tahaddart qui fête son cinquième anniversaire vient d’être certifiée ISO 14001. En présence de la ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Amina Benkhadra, la cérémonie de remise officielle de cette certification par le Bureau Veritas s’est déroulée, mercredi 24 mars, au site de cette Centrale de production d’énergie électrique. Cette nouvelle distinction vient couronner les efforts de la Centrale de Tahaddart en matière de management environnemental. A cet effet, cette Centrale renforce son engagement pour assurer «les meilleures conditions d’exploitation et de maintenance en matière de préservation de l’environnement, de sécurité et de sûreté», a indiqué Mme Benkhadra, avant de faire remarquer que cette distinction coïncide avec le lancement en 2010 par le Maroc de la Charte nationale du développement durable et dont les consultations régionales du projet viennent de se terminer. Située à 28,5 km au sud de la ville de Tanger, la réalisation de la Centrale de Tahaddart a coûté une enveloppe globale de trois milliards DH. Cette Centrale qui avait été inaugurée en janvier 2005 est gérée, depuis son initiation en 2002, par Energie électrique Tahaddart (EET) en vertu d’une concession d’une durée de vingt ans. Et d’une puissance électrique de 384 MW, elle est la première Centrale au Maroc à utiliser la technologie des cycles combinés. Laquelle «sert à protéger et à préserver l’écosystème de cette zone marécageuse qui accueille une importante variété d’oiseaux migrateurs», a-t-on noté. Selon les responsables de l’EET, la Centrale de Tahaddart couvre près de 12% de la demande en électricité du Maroc. Et avec une seule unité, cette Centrale fonctionne au gaz naturel, source d’énergie propre. Sa combustion ne génère pratiquement pas de polluants dans l’atmosphère. De ce fait, la Centrale dégage six fois moins d’oxydes d’azote (NOx) et un tiers en moins de dioxyde de carbone (CO2) qu’une Centrale conventionnelle. «L’environnement et l’impact écologique constituent pour les promoteurs de ce projet un souci permanent. Et ils ont été pensés bien en amont du projet avant même la construction de la Centrale», selon les responsables de l’EET. Par ailleurs, l’Office national de l’électricité (ONE), qui participe activement à ce projet, a signé en mai 2001 avec le département chargé des Eaux et Forêts, une convention pour assurer la préservation et la pérennité de l’environnement existant pendant la réalisation et l’exploitation du projet et avec l’implantation de 7000 arbres. Il est à noter que l’alimentation en gaz naturel de la Centrale de Tahaddart est assurée par une bretelle d’une longueur de 13 km reliée au gazoduc Maghreb-Europe acheminant le gaz algérien vers l’Europe via le Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *