Le Maroc emprunte un milliard de dollars

Le Maroc emprunte un milliard de dollars

C’est officiel et c’était prévisible: le Maroc lève de nouveau un emprunt sur les marchés internationaux. L’état des finances publiques et du budget est tel que l’on ne pouvait éviter une telle décision. ALM a appris qu’une délégation officielle menée par le ministre de l’économie et des finances, Nizar Baraka, s’est rendue à Londres, mardi 21 mai dans la soirée, pour boucler l’opération.

Selon des sources proches du ministère des finances, l’Etat marocain table sur un montant de 500 millions à un milliard de dollars. En fait, et comme l’expliquent les mêmes sources, il ne s’agit pas d’une nouvelle ligne d’emprunt mais de l’ancienne qui sera tout simplement rallongée.

«Lors de l’emprunt que nous avions effectué en décembre 2012, il y avait eu un grand volume de sursouscriptions ce qui veut dire que beaucoup d’investisseurs potentiels étaient demandeurs du papier Maroc mais n’ont pas pu être satisfaits», détaille un haut responsable des finances.

Pour rappel, l’emprunt de 2012 avait été sursouscrit entre quatre et six fois selon les tranches. Aujourd’hui, donc, l’idée est de revenir sur le marché et proposer du papier Maroc aux investisseurs n’ayant pas pu souscrire en 2012, à condition, bien entendu, qu’ils soient toujours intéressés.

Pour ce qui est des modalités, le nouvel emprunt sera toujours sur les mêmes maturités, à savoir 10 ans et 30 ans. Pour ce qui est du taux, aucune indication n’est encore disponible mais le gouvernement espère pouvoir obtenir les mêmes niveaux de pricing, soit 4,5% pour la maturité de 10 ans et 5,5% pour celle de 30 ans. A l’heure où nous mettions sous presse, mercredi 22 mai à la mi-journée, les investisseurs de la place londonienne étaient déjà informés officiellement de la sortie tandis que ceux de New York devaient l’être en milieu d’après-midi.

Cela dit, pour le volume du nouvel emprunt, la barre du milliard de dollars risque de ne pas être atteinte car, expliquent nos sources, «les investisseurs sont très attentifs à ce qui se passe actuellement au Maroc aussi bien sur le plan politique qu’économique». En effet, la délégation officielle qui a fait le déplacement à Londres a dû faire face à des questions de certains investisseurs sur l’impact de la crise actuelle de la majorité au gouvernement et sur l’état de santé des finances publiques à la lumière des dernières sorties du FMI.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *