L’extrême droite contre les ministres musulmans

L’extrême droite contre les ministres musulmans

Le député néerlandais, Geert Wilders, n’a guère apprécié la nomination de deux ministres musulmans au sein du nouveau gouvernement conduit par le chrétien-démocrate Jan Peter Balkenende. Ahmed Aboutaleb, d’origine marocaine, actuel secrétaire d’Etat aux Affaires sociales et Nebahat Albayrak, d’origine turque, chargé du secrétariat d’Etat à la Justice, ont eu droit ces derniers temps à une attaque directe de la part de ce leader d’extrême droite qui leur reproche le fait d’avoir une double nationalité.
Dans un entretien diffusé sur une chaîne de télévision néerlandaise, Geert Wilders a déclaré que «la nomination d’Ahmed Aboutaleb et Nebahat Albayrak dans le gouvernement néerlandais était une erreur car ces deux hommes pourraient avoir une loyauté divisée».  
Geert Wilders, connu pour ses propos qui alimentent les préjugés anti-musulmans dans un pays au modèle d’intégration en crise, a même introduit une motion au Parlement pour bloquer ces deux candidatures. Une motion qui a d’ailleurs été largement condamnée par les politiciens néerlandais. Andé Rouovet, un leader chrétien, a qualifié la manœuvre de l’extrême droite de « déplacée ». Et pour Henk Kamp du parti libéral VVD, les deux hommes représentent l’exemple de l’intégration réussie.
En effet, le parcours d’Ahmed Aboutaleb témoigne de sa bonne intégration au sein de la société néerlandaise. Échevin travailliste de la ville d’Amsterdam nommé hors conseil communal en 2004, il est élu en mars 2006 avec 46.217 voix de préférence, soit plus que la tête de liste.
Début février 2007, son nom figurait parmi les six probables futurs ministres travaillistes du nouveau gouvernement en formation, pour le poste de ministre du Logement et de l’Intégration, mais en fin de compte il a été nommé le 13 février secrétaire d’État aux Affaires sociales dans le gouvernement de Jan Peter Balkenende.
En tant qu’échevin de l’enseignement, M. Aboutaleb a introduit un système qui favorise la mixité sociale dans les écoles primaires communales. Il a aussi joué un rôle d’apaisement intercommunautaire de premier plan dans les médias et sur le terrain après l’assassinat du cinéaste Theo van Gogh.
Le modèle néerlandais d’accueil et d’intégration des immigrés connaît une grave crise, depuis plusieurs années. Et l’assassinat du réalisateur néerlandais n’a fait qu’aggraver la situation. Depuis, l’extrême droite, profitant de l’impact médiatique de cette affaire, n’a cessé de gagner du terrain. Le député Geert Wilders, connu sur la scène politique néerlandaise pour ses positions contre l’immigration, se veut le porte-bannière de l’islamophobe. Il avait une fois déclaré que les musulmans devaient «jeter la moitié du Coran» s’ils souhaitaient rester aux Pays-Bas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *