juin 19, 2018

L’IRES décrypte l’Afrique : Il vient de publier un atlas cartographique du continent

L’IRES décrypte l’Afrique : Il vient de publier un atlas cartographique du continent

L’atlas met en lumière notamment la multiplicité des défis à relever en termes de développement ainsi que la nécessité d’édifier des systèmes d’information solides et fiables au service de l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.

L’Institut royal des études stratégiques (IRES) vient de publier l’atlas cartographique de l’Afrique dans le cadre de l’élaboration de son rapport stratégique 2018, dédié au développement autonome de l’Afrique. Selon les responsables, cette publication reflète la place de choix occupée par l’Afrique dans les travaux de l’IRES. «L’objectif recherché à travers la conception de cette première édition de l’atlas cartographique est de décrypter l’Afrique et de mieux connaître les réalités africaines et les dynamiques en cours, après le retour du Maroc à l’Union africaine. Plusieurs domaines sont couverts par cet atlas qui comprend 127 illustrations cartographiques. Il s’agit de la place de l’Afrique dans le monde ainsi que de la situation des pays africains selon les différentes dimensions du développement humain», disent les responsables expliquant que «l’intérêt est, également, porté aux questions globales, notamment la gouvernance, la sécurité, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la migration».

Pour élaborer cet Atlas, les auteurs se sont basés sur différents indicateurs qui proviennent de sources variées, à savoir: la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII)… «Destiné aux décideurs, aux acteurs publics et privés, aux personnes relevant du monde de la recherche et à la société civile, l’atlas cartographique met en exergue l’hétérogénéité de l’Afrique, l’importance et la multiplicité des défis à relever en termes de développement ainsi que la nécessité d’édifier des systèmes d’information solides et fiables au service de l’élaboration, la mise en oeuvre et l’évaluation des politiques publiques», explique la même source. Il faut préciser que le document de l’IRES traite six principaux thèmes.

Une première partie évoque, à travers les différentes illustrations et cartes, de la place de l’Afrique dans le monde (poids démographique, PIB (produit intérieur brut) investissements directs étrangers, intégration régionale, communautés économiques, poids commercial…).

La deuxième partie, consacrée au développement humain, traite l’indice de développement humain dans le continent, celui du capital humain, du progrès social, de la prospérité et du bien-être, du bonheur ainsi que de la croissance inclusive. Pour sa part, la troisième partie est consacrée à d’autres indicateurs en rapport avec le volet économique (taux de chômage, PIB par habitant, épargne nationale brute, couverture de l’économie, flux financiers illicites, capitalisation boursière…).

Des éléments et données consacrés à la compétitivité et l’attractivité, la technologie et l’innovation à l’échelle du continent sont également disponibles. S’agissant de la quatrième partie, elle se rapporte au capital naturel (l’environnement et la gouvernance des ressources naturelles, les émissions CO2, les ressources hydriques, le sol et l’énergie).

De son côté, la cinquième partie met en exergue «les questions globales», notamment celles liées à la gouvernance (indice de l’État de droit, efficacité du gouvernement, stabilité politique, contrôle de la corruption, liberté de la presse…), la sécurité (indice global de paix, du terrorisme, puissance militaire, taux d’homicides volontaires), les changements climatiques, la sécurité alimentaire, la migration.

Enfin, la sixième et dernière porte sur la contribution du Maroc en Afrique avec la reconstitution des visites royales en Afrique (de 1999 à octobre 2017) ainsi que la carte de la représentation marocaine dans l’ensemble du continent. Ce n’est pas tout. Les groupes d’amitié et la diplomatie spirituelle du Royaume sont également illustrés sans oublier la participation marocaine aux opérations de paix et aux actions humanitaires entre 1999 et 2017.

Les flux d’investissement et la présence des opérateurs marocains dans le continent en plus des liaisons aériennes entre le Maroc et les pays africains sont également illustrés dans cet atlas qui ambitionne de devenir une référence concernant l’Afrique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *