Maroc-Pays-Bas : Bernard Bot à Rabat

Maroc-Pays-Bas : Bernard Bot à Rabat

Bernard Bot, ministre néerlandais des Affaires étrangères est arrivé à Rabat, hier mercredi, pour une visite de trois jours à l’invitation de son homologue marocain Mohamed Benaissa. Le responsable néerlandais fait ainsi de Rabat sa troisième et dernière étape d’une tournée maghrébine qu’il avait commencée par Tunis avant Alger où il était arrivé mercredi avant de quitter pour le Maroc. Selon un précédent communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, il s’agit de la première visite au Maroc de M. Bot depuis sa nomination à la tête de la diplomatie des Pays-Bas. Cette visite sera consacrée au renforcement des relations, vieilles de plusieurs siècles, entre les deux pays qui fêtent le quatrième centenaire de l’établissement de liens d’amitié et de coopération. A y voir de près dans le contenu des entretiens entre M. Bot et ses homologues tunisien et algérien, il pourrait être question également lors de l’étape marocaine, sur le plan international, des réformes prévues pour l’ONU.
Le 5 juillet prochain, en effet, les Pays-Bas abriteront les travaux, au niveau des ministres des Affaires étrangères, des pays membres du «Groupe force», un rassemblement d’états qui sont pour une réforme de l’organisation des Nations Unies. La visite du ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas au Maroc a été précédée de la visite de sa collègue chargée de l’Immigration et de l’Intégration et qui avait mené, la semaine dernière, plusieurs entretiens avec des ministres et responsables marocains dont le ministre des Habous et des Affaires islamiques et de hauts fonctionnaires des départements de la Justice et de l’Intérieur.
Lors de la visite de Rita Verdonk, il a notamment été question de la création d’une commission mixte sur l’intégration. Une commission qui arrivait à point nommé puisqu’une nouvelle loi suscite une polémique entre les deux pays. La Haye, pour rappel, avait adopté une loi sur la double nationalité stipulant que celui qui postule pour la nationalité néerlandaise doit délaisser celle de ses origines. L’argument des autorités néerlandaises est que cette mesure facilite mieux l’intégration des immigrés, mais, surtout, leur facilite la tâche pour ce qui est des procédures administratives et judiciaires. Cette loi touche essentiellement les jeunes Marocains, immigrés de troisième génération au Pays-Bas. Pour le Maroc, position renouvelée lors de la visite de Mme Verdonk, la nationalité marocaine est automatiquement octroyée à toute personne née de père marocain. Un blocage qui pourrait trouver un début de solution avec la visite de M. Bot et, éventuellement, lors de celle que prévoit Nouzha Chekrouni aux Pays-Bas. La ministre chargée des Marocains résidents à l’étranger devra s’y rendre à l’invitation de Rita Verdonk. La date de cette visite n’a pas encore été déterminée. La question de la double nationalité concerne une majorité de jeunes Marocains sur près de 300.000 Marocains vivant aux Pays-Bas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *