Palestine : 300 millions de dollars d’aide

«Les besoins immédiats en termes humanitaires et de réhabilitation vont être fixés à 300 millions de dollars», a déclaré jeudi le ministre palestinien de la coopération internationale, Nabil Chaath, depuis la capitale norvégienne.
Cette aide, « destinée essentiellement aux villes de Jénine et Naplouse », permettra de répondre aux problèmes humanitaires les plus pressés mais aussi à « la réhabilitation des infrastructures en eau, égouts, routes, écoles », a précisé M. Chaath. Une enveloppe certes bienvenue, mais en-deçà des demandes formulées par les responsables palestiniens – qui estimaient à 500 millions de dollars les besoins immédiats.
En ouverture de cette réunion, mercredi, le ministre norvégien des affaires étrangères, Jan Petersen, avait précisé que «cette conférence était prévue depuis longtemps » mais que «les événements récents ont rendu les problèmes humanitaires et économiques encore plus aigus». Le diplomate avait aussi souligné qu’il s’agissait d’un moyen pour les donateurs d’«exprimer leur soutien aux autorités autonomes palestiniennes». Des rencontres bilatérales informelles se sont ensuite déroulé entre les différentes délégations, dont les plus importantes sont celles de l’ONU, des Etats-Unis, de l’Union européenne, de l’Autorité palestinienne, de la Norvège (pays hôte), mais aussi d’Israël. Ces pourparlers ont aussi continué par « groupes » jeudi entre les représentants palestiniens et les autres délégués.
L’opération israélienne en Cisjordanie – que le gouvernement Sharon a baptisée « rempart » – avait commencé le 29 mars dernier par le siège de Ramallah, et le blocus du QG de Yasser Arafat. Elle s’était progressivement étendue dans les principales villes de Cisjordanie, dont elle a détruit une bonne partie des infrastructures. Les ONG arrivées dans le camp dévasté de Jénine, ont d’ailleurs précisé mercredi que dans cette seule ville, Israël avait rasé au moins 500 maisons. A ces destructions s’ajoute un taux de chômage terrible dans toute la Cisjordanie mais aussi la bande de Ghaza : il dépasse désormais 75 %.
L’économie de ces territoires est « passée du stade de la dépression chronique à la paralysie », avait même estimé la semaine dernière Terje Roed-Larsen, coordinateur de l’ONU au Proche-Orient, envoyé sur le terrain. De Jénine, il avait même décrit « une horreur qui dépasse l’entendement » et fait depuis l’objet d’une enquête dans une affaire de prix reçu – affaire révélée par l’Etat hébreu. Si le chef de la diplomatie israélienne, Shimon Pérès, s’est aussi fait remarquer par son absence, la conférence a notamment accueilli des représentants du Fonds monétaire international, de la Ligue arabe, de la Russie, du Canada, du Japon, de l’Arabie saoudite, de l’Egypte, de la Tunisie et de la Jordanie.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *