Pour une action solidaire et forte en faveur du climat: SM le Roi et le président français lancent l’Appel de Tanger

Pour une action solidaire et forte en faveur du climat: SM le Roi et le président français lancent l’Appel de Tanger

A quelques semaines de la conférence des Nations Unies sur le climat cop 21 à Paris, la ville de Tanger a connu le lancement d’un appel en faveur du climat. L’appel qui porte désormais le nom de la ville du détroit a été lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président français François Hollande.

La cérémonie de lancement s’est déroulée dimanche dans la Commune urbaine «Gueznaya» (préfecture de Tanger-Asilah), en présence également de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid.

«L’Appel de Tanger, pour une action solidaire et forte en faveur du climat» est, en effet, une initiative qui traduit la détermination des deux pays à joindre leurs efforts pour que la communauté internationale trouve des réponses adéquates et appropriées à la problématique du changement climatique. Au début de cette cérémonie, les ministres des affaires étrangères marocain et français, Salaheddine Mezouar et Laurent Fabius, ont donné lecture à la déclaration conjointe «Appel de Tanger» à travers laquelle les deux pays rappellent à la communauté internationale, à l’ensemble des acteurs et à l’opinion publique mondiale qu’il est urgent de lutter contre le changement climatique de manière sérieuse, efficace et équitable.

L’Appel de Tanger, qui intervient après «l’Appel de Manille» (Philippines) et celui de Fort-de-France, constitue une sonnette d’alarme quant à l’urgence d’entreprendre une action solidaire et forte en faveur du climat et la nécessité d’agir «vite, bien et collectivement» pour amplifier la lutte contre le dérèglement climatique. Il faut préciser que le Maroc et la France assureront les deux prochaines présidences, COP 21 et COP 22.

Les deux pays appellent ainsi à saisir les occasions des conférences de Paris et de Marrakech pour accélérer la transition vers une «économie mondiale verte», conciliant les aspirations légitimes au développement avec les impératifs de durabilité des ressources et de réduction des risques environnementaux. Au cours de la cérémonie, SM le Roi Mohammed VI et le président français François Hollande ont procédé à la signature de la déclaration conjointe «Appel de Tanger».

Il faut dire que la question environnementale a été au centre des échanges entre les responsables des deux pays. Dans ce sens, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président français ont procédé, dimanche dans la Commune urbaine «Gueznaya» au lancement des travaux de construction de l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE).

Mobilisant des investissements de l’ordre de 95 millions de dirhams, ce projet pilote permettra d’accompagner la mise en œuvre de la stratégie énergétique nationale lancée en 2009 et qui ambitionne, à travers le développement de projets d’énergies solaire et éolienne, de porter à 42% la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique totale installée à l’horizon 2020, de limiter les émissions des gaz à effet de serre et de réduire la consommation de sources d’énergies conventionnelles.

La réalisation de cet Institut s’inscrit dans le cadre de l’application de la convention de partenariat signée le 31 mai 2011 sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI entre l’Etat et les professionnels du secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, et portant sur la mise en place et la gestion de trois Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique à Oujda, Tanger et Ouarzazate.

Ces instituts (285 millions DH), dont celui d’Oujda qui est déjà construit et équipé, ont pour mission la formation des opérateurs, des techniciens et des cadres intermédiaires dans des métiers ayant trait aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, notamment la maintenance et l’exploitation des parcs éoliens, l’installation et la maintenance du matériel solaire, thermique et photovoltaïque, la maintenance et l’exploitation de l’électricité solaire thermodynamique et la valorisation et l’exploitation de gisement de biogaz.

La mise en place du réseau des IFMEREE est le fruit d’un partenariat notamment entre le ministère de l’énergie, des mines, de l’eau, et de l’environnement, l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), ainsi que l’Union européenne, l’Agence française de développement, et Deutsche Gersellschaft Fur Internationale Zusammenarbeit (GIZ).
 

Avec MAP

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *