Proche-Orient : Le cycle meurtrier

Baha Abou Safia, une des deux victimes, était âgée de 22 ans. L’armée d’occupation israélienne « justifie » ce crime en arguant que « ce raid a été lancé contre un quartier général du Hamas à la suite de la récente vague d’attentats terroristes meurtriers ». Lundi, quatre Israéliens ont été tués lors de deux attentats suicide en Cisjordanie et dans la bande de Ghaza et leurs deux auteurs palestiniens ont également trouvé la mort. Ces nouveaux décès portent, selon un décompte fait par l’AFP, à 1.234 le nombre de personnes tuées depuis le début de l’Intifada, en septembre 2000, dont 943 palestiniens et 269 israéliens.
Par ailleurs, l’armée d’occupation israélienne a commencé mardi à détruire onze maisons appartenant à des palestiniens du sud de la bande de Ghaza près du lieu où trois Israéliens ont été tués lundi.
De source responsables palestiniennes, on ajoute qu’auparavant, l’armée israélienne avait annoncé son intention de détruire 20 maisons palestiniennes en début d’après-midi. Et d’ajouter que les Palestiniens qui habitent près du point de passage de Kissoufim entre la bande de Ghaza et le territoire israélien, avaient jusqu’à 14H00 locales (12H00 GMT) pour évacuer leurs maisons. Toutefois, les destructions ont commencé plus tôt qu’annoncé. Les responsables palestiniens ont indiqué avoir été informés par les Israéliens que 11 maisons allaient être rasées mardi par des bulldozers, tandis qu’aucune précision n’a été donnée pour les neuf autres maisons censées être également démolies. Les habitations qui doivent être détruites se trouvent dans le secteur ou trois Israéliens, une femme colon et deux soldats, ont été tués lundi soir lors d’une attaque perpétrée par un Palestinien qui s’est ensuite donné la mort en actionnant une charge explosive. D’autre part, l’armée israélienne a endommagé une minoterie dans le sud de bande de Ghaza où un Palestinien a été tué par des tirs de soldats israéliens dans la matinée. Une partie des murs du bâtiment, qui est encerclé, ont été détruits tandis que les employés palestiniens ont reçu l’ordre d’évacuer les lieux.
Les soldats de l’armée d’occupation ont également coupé en trois la bande de Ghaza en fermant deux barrages routiers, interdisant ainsi la circulation des Palestiniens entre le nord et le sud du territoire. Même les employés des organisations internationales des nations unies ainsi que les ambulances n’étaient pas autorisés à circuler mardi matin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *