Projet de budget : Des amendements communs entre cinq groupes à l étude

Projet de budget : Des amendements communs entre cinq groupes à l étude

«Nous sommes en train d’examiner la possibilité de présenter des amendements communs entre les cinq groupes parlementaires d’opposition». Les propos émanent de Mohamed Ansari, président du groupe du parti de l’Istiqlal à la Chambre des conseillers.

L’Istiqlal et l’USFP, tous les deux liés par une alliance, cherchent ainsi à se liguer avec les trois autres forces d’opposition à la deuxième Chambre parlementaire, en l’occurrence le PAM (Parti authenticité et modernité), l’UC (Union constitutionnelle) et le groupe fédéral. Alors que l’Istiqlal et l’USFP avaient créé la surprise à la première Chambre en déposant séparément leurs amendements, les deux formations cherchent non seulement à se rattraper à la Chambre des conseillers mais également convaincre les autres partis de l’opposition pour faire cause commune.

Les Istiqlaliens et les Uspéistes avaient déjà annoncé la couleur en organisant une journée d’étude sur le projet de loi de Finances. «Cette journée d’étude est venue notamment pour faciliter la coordination entre les groupes parlementaires de nos deux partis et préparer le terrain à une éventuelle ouverture sur les autres forces d’opposition à la Chambre des conseillers», ajoute Ansari.

Et de conclure : «Pour le moment nous n’avons pas encore arrêté la stratégie de nos partis concernant le projet de budget. Nous allons attendre l’évolution des choses pour fixer une décision. Nous allons soit faire un bloc commun pour faire tomber le projet de loi de Finances, soit se concentrer sur les amendements pour en faire passer un maximum».

Pour l’instant, l’examen du projet de budget se poursuit au sein des différentes commissions de la deuxième Chambre qui, faut-il le rappeler, reste dominée par les forces de l’opposition. Les choses sérieuses commencent très bientôt alors que des moments difficiles attendent le gouvernement qui visera l’adoption de son projet avec les moindres dégâts pour faciliter la validation définitive du budget en deuxième lecture par la première Chambre.

Toutefois, l’opposition reste déterminé à faire entendre sa voix sur un projet de budget qu’elle a longuement critiqué depuis son officialisation. L’USFP et l’Istiqlal chercheront de leur côté à défendre les amendements que les deux partis avaient déposés à la première Chambre sans succès. La bataille s’annonce très rude dans les prochains jours. Si tous les partis de l’opposition réussissent à présenter des amendements communs, ils auront alors réussi à marquer un très bon point après avoir fonctionné durant deux années en rangs dispersés.

Reste à savoir si l’Exécutif cherchera pour sa part à trouver un terrain d’entente avec l’opposition ou plutôt aller vers la confrontation. En effet, le gouvernement sait déjà qu’au pire des scénarios, le projet de budget reviendra à la première Chambre où l’Exécutif dispose d’une majorité confortable, pour être validé dans les délais règlementaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *