Rabbah : La maintenance du réseau routier doit reposer sur un système de gestion rationnel

Rabbah : La maintenance du réseau routier doit reposer sur un système de gestion rationnel

La maintenance du réseau routier doit reposer sur un système de gestion rationnel et adapté au niveau du développement des routes et des ressources humaines et budgétaires allouées en la matière, a souligné jeudi à Rabat le ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rabbah.
« Nous nous réjouissons aujourd’hui d’avoir élaboré, il y a maintenant une vingtaine d’années, un système de gestion de l’entretien routier qui permet de rationaliser, d’optimiser et de maîtriser les dépenses », a dit M. Rabbah, qui s’exprimait lors d’une rencontre sur l’externalisation des travaux routiers.
Selon le ministre, il est temps d’évoluer les techniques routières pour élaborer des produits innovants, adaptés, économiques et moins consommatrices d’énergie.
En effet, les besoins de l’entretien routier en ressources financières nécessitent la consolidation des solutions actuellement en Âœuvre et l’examen d’autres alternatives, a-t-il relevé.
Dans le même sillage, le ministre a rappelé que le Maroc est l’un des pays qui traverse aujourd’hui une phase où les ressources budgétaires publiques ne peuvent plus accompagner les besoins croissants pour les projets routiers, notamment l’entretien des infrastructures.
Aux yeux de M. Rabbah, il est inévitable d’évaluer et approfondir les réflexions et actions pilotes concernant le péage fictif et l’externalisation de l’entretien routier, le développement du partenariat public-privé (PPP), et l’établissement du partenariat avec les collectivités locales et des associations d’usagers.
Par ailleurs, le ministre a salué les efforts déployés par la communauté routière dans ce domaine, mettant en exergue l’importance de cette rencontre organisée par le ministère de l’Equipement et du transport, en collaboration avec l’Association marocaine des routes.
Lors des travaux de cette rencontre, plusieurs exposés ont été présentés sur la problématique de l’entretien routier au Maroc, l’aspect institutionnel, et le bilan de l’expérience marocaine, ainsi qu’un aperçu sur l’expérience internationale.
Cette rencontre, marquée par la richesse des contributions scientifiques, a permis d’impulser une dynamique féconde de réflexion et de propositions sur le mode d’externalisation des travaux routiers et son impact sur la gestion du réseau routier.
Il s’agit notamment de l’adaptation de l’aspect institutionnel aux types de contrats de performance pour l’externalisation des travaux et maintenance du réseau routier et de l’élaboration, en collaboration avec la profession et sur la base de l’expérience vécue, des projets de cahiers de charges types répondant aux différents objectifs attendues par l’administration routière.
Il a été en outre recommandé l’allocution d’un budget suffisant pour ce type de contrats et le sécuriser pendant la période d’externalisation, la mise en place d’un dispositif de contrôle évolutif, renforcé et adapté à ce mode de travaux, et l’identification et le lancement d’opérations d’entretien courant et d’externalisation des travaux en concertation avec la profession.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *