Torture : Un étudiant éthiopien accuse le Maroc

Il s’appelle Muhammad Binyam, ex-étudiant éthiopien en Grande-Bretagne, âgé de 27 ans, et détenu actuellement à Guantanamo, la base cubaine transformée en Centre de détention par les Américains après le 11 septembre 2001.
Muhammad Binyam, selon un article du quotidien britannique « The Guardian » (édition de dimanche 11 décembre 2005), accuse la CIA et le MI6 de l’avoir torturé au Maroc pour lui arracher des informations concernant son éventuelle participation à la préparation d’un attentat aux côtés de José Padilla, ressortissant américain. Ce dernier, lavé récemment de toute accusation de terrorisme par la justice américaine, aurait planifié un attentat à la « bombe sale ».
Selon les propos de son avocat, rapportés par le journal britannique, Muhammad Binyam aurait été transféré du Pakistan au Maroc, en juillet 2002, où il aurait été interrogé et torturé pendant 18 mois sur instigation d’officiers de la CIA. Il aurait été notamment suspendu pendant de longues heures, et à multiples reprises, dans des conditions inhumaines. Il aurait également subi des blessures à l’arme blanche au niveau de ses organes génitaux en plus de menaces d’électrocution. A l’en croire, le but recherché par ses tortionnaires aurait été de savoir les liens qu’il aurait entretenus avec Khaled Cheikh Mohammed, l’un des commanditaires des attentats du 11 septembre 2001, mais aussi avec José Padilla.
Binyam, après 18 mois de torture, comme l’affirme son avocat, avait été transféré à la base de Guantanamo. Avant son arrivée au Maroc, il aurait subi des actes de torture pendant des mois au Pakistan où il avait été arrêté.
Selon ses propres déclarations, Muhammad Binyam n’aurait rien à voir avec les réseaux terroristes d’Al Qaïda. Arrivé en 1994 en Grande-Bretagne pour ses études, il aurait été approché par les milieux islamistes au début de l’année 2001. Accro aux drogues, comme il le déclare, il aurait entrepris un voyage au Pakistan en juin 2001 pour « se débarrasser de cette mauvaise habitude ». Après les attentats du 11 septembre 2001, il sera arrêté (avril 2002) pour être d’abord interrogé à Islamabad. Les Américains l’accuseront d’avoir cherché à remettre de l’uranium à des groupes terroristes asiatiques avant de revenir à la charge pour l’accuser d’être l’associé de José Padilla fortement suspecté de préparer un attentat à la « bombe sale » contre les intérêts américains. Les poursuites contre Padilla ont été finalement abandonnées et il est actuellement accusé de falsification.
Les accusations de Muhammad Binyam interviennent au moment où la polémique enfle à propos des « black sites » (sites noirs) de la CIA qui aurait acheminé des détenus pour les soumettre à des actes de torture dans plusieurs pays dont le Maroc.
Récemment, ce sont les autorités judiciaires italiennes qui ont décidé de poursuivre, par contumace, 22 officiers de la CIA pour l’enlèvement, à Milan en février dernier, de Hassan Mustapha Oussama Nasser.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *