Un islamiste démocrate assoiffé de connaissance

Un islamiste démocrate assoiffé de connaissance

Depuis l’annonce des résultats des élections législatives ayant donné la victoire aux islamistes, aucun doute ne planait sur l’évidence que Mustapha Khalfi, directeur de publication d’Attajdid, allait être nommé ministre de la communication porte-parole du gouvernement. Bien qu’il soit le plus jeune membre du gouvernement Benkirane, M. Khalfi, âgé de 38 ans, a le profil d’une grosse pointure et d’un leader chevronné. Ayant en poche plusieurs diplômes, les connaissances scientifiques cumulées par M. Khalfi tout le long de son parcours académique assez riche constituent l’un des points forts du jeune ministre. Il est titulaire de trois baccalauréats en sciences math, sciences expérimentales et en lettres, de trois licences en physique, en droit et en études islamiques et d’un Diplôme des études approfondies (DEA) sur le projet politique du mouvement islamique au Maroc. Et il prépare actuellement un doctorat sur les approches anglo-américaines relatives aux mouvements islamiques. Un parcours qui fait de lui une personne assoiffée de connaissance. Lors des conférences et rencontres de presse auxquelles avait assisté M. Khalfi en sa qualité de journaliste, il était toujours muni de son mini-PC portable puis de son iPad et se voyait entrain de faire ses lectures. Afin de consolider ses acquis théoriques, M. Khalfi a effectué au sein du Congrès américain un stage de 8 mois portant sur les politiques publiques et leur évaluation par le Congrès américain avec comme thème le cas des questions arabes et marocaines. Aussi, cet excellent anglophone a suivi une formation à l’institut américain des études internationales avancées au terme de laquelle il a présenté une étude portant sur l’évolution historique de la question du Sahara au Congrès américain et sur les acteurs principaux ayant influencé les positions du Congrès sur ce sujet. Côté professionnel, le jeune ministre qui exerce dans le domaine du journalisme depuis 1997, a occupé les postes de rédacteur en chef et de directeur de publication au journal Attajdid. Il est membre de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ). En faisant des interventions ou des sorties médiatiques, M. Khalfi attire particulièrement l’attention par ses capacités communicationnelles impressionnantes. En plus de l’arabe, il maîtrise parfaitement les langues française et anglaise. «Je préfère me prononcer en anglais. C’est un outil d’ouverture sur le monde. Alors que le français constitue un élément caché dans ma culture. Aujourd’hui, j’ai l’obligation dans le cadre du ministère dont j’ai la charge de parler les trois langues. D’ailleurs, le français est l’une des principales composantes des relations sociales au Maroc», indique M. Khalfi, dans une déclaration à ALM. Ce militant convaincu du parti islamiste qui succède à Khalid Naciri au ministère de la communication, entame sa nouvelle fonction en ayant à l’esprit une feuille de route claire ambitionnant de promouvoir le secteur dont il a désormais la charge. «Notre premier objectif est d’assurer la mise en application des dispositions de la nouvelle Constitution concernant les libertés de la presse. Nous agirons pour consolider les acquis et l’instauration des règles du professionnalisme et de la responsabilité», souligne-t-il. M. Khalfi avait lancé en 2009, le Centre marocain des études et des recherches contemporaines. Il s’agit d’un think tank qui se propose d’aider les décideurs et la société civile à mieux saisir les changements en cours dans la société marocaine et à développer des politiques publiques en phase avec ces changements. «L’année 2012 devra être l’année de la contribution effective à la consolidation des acquis démocratiques au Maroc», promet M. Khalfi.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *