Un plan antiacridien tripartite

Suite aux concertations entre les chefs d’Etat des trois pays concernés par la lutte antiacridienne, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Mohand Laenser, et ses homologues algérien, M. Saïd Barkat, et mauritanien, M. Ahmadou Ould Ahmadou, ont tenu lundi une réunion sanctionnée par l’adoption d’un plan tripartite de lutte antiacridienne de la région occidentale, pour la période d’invasion actuelle et la période de rémission. Ce plan a été préparé à l’intention de la réunion ministérielle, par les experts des trois pays, au cours d’une rencontre qui s’est tenue du 19 au 21 mars courant. Au cours de cette réunion, les participants ont examiné plusieurs points relatifs notamment aux bilans nationaux des campagnes de lutte antiacridienne 2003-2004 et 2004-2005, la situation acridienne à l’heure actuelle et les perspectives de son évolution dans la région occidentale, ainsi que la proposition d’un point de surveillance et de lutte antiacridienne dans la région, couvrant la période d’invasion actuelle et la période de rémission. A l’issue des débats et au vu de l’expérience tirée des dernières campagnes de lutte antiacridienne où le fléau acridien a été jugulé au niveau de toute la région, les participants ont élaboré un plan d’action régional visant essentiellement deux objectifs qui consistent, d’abord, à juguler définitivement l’invasion actuelle et ensuite prévenir une nouvelle recrudescence du fléau acridien. Le premier objectif concerne le renforcement du dispositif en place pour maîtriser la situation acridienne par l’intensification de la surveillance au niveau des zones frontalières maroco-algériennes au printemps 2005 et l’intervention précoce en Algérie, en Mauritanie et les autres pays du Sahel contre les infestations acridiennes susceptibles de générer des situations dangereuses en été. Le deuxième objectif porte sur la mise en place d’un dispositif de surveillance permanente des zones de reproduction du criquet pèlerin situées dans plusieurs pays de la région. Pour la mise en oeuvre de ce plan, les participants ont identifié toutes les composantes (personnels d’intervention et d’encadrement, véhicules de prospection et de traitement, aéronefs de prospection et de traitement, pesticides etc.) nécessaires à l’intervention d’une cinquantaine d’équipes de prospection et de lutte. Selon les pays qui y ont souscrit, cette opération s’inscrit en droite ligne des principes de solidarité des pays de la région avec les pays du Sahel, tout comme elle devra ouvrir la voie à une plus grande mobilisation de la communauté internationale, pour fédérer les efforts nécessaires à endiguer le phénomène acridien qui constitue une menace pour les économies agricoles des  pays de la région, déjà fragilisée par la sécheresse et d’autres fléaux naturels. La mobilisation des ressources nécessaires à la mise en place de la lutte préventive se fera à travers la contribution des pays de la région et de la communauté internationale. Les trois pays concernés ont souligné l’importance des aspects liés à la recherche, à la formation et à la préservation de l’environnement, au sujet desquels il y a lieu de développer, avec la contribution de la communauté internationale, des programmes spécifiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *