Une bataille futile !

Une bataille futile !

La deuxième Chambre parlementaire est fâchée avec la première. Aussi banal que cela puisse paraître, les responsables des deux Chambres se disputent le même jour de semaine pour leurs séances hebdomadaires de questions orales.

La «problématique» est inédite dans les annales du Parlement. Traditionnellement, la Chambre des représentants tenait sa séance hebdomadaire chaque lundi alors que la séance des questions orales de la Chambre des conseillers se déroulait le mardi de chaque semaine. Mais les députés de la première Chambre ont préféré faire autrement dans leur nouveau règlement intérieur. Un nouvel article stipule, en effet, que les séances hebdomadaires des questions orales se dérouleront les mardis pour la première Chambre parlementaire.

Prévues le 15 octobre prochain, les deux premières séances des questions orales des deux Chambres parlementaires dans le cadre de la session d’automne auront lieu probablement pour la première fois dans l’histoire de l’hémicycle simultanément. En attendant, le bureau de la Chambre des conseillers s’active pour trouver une solution.

«Nous avons ouvert un dialogue avec le ministère chargé des relations avec le Parlement et la présidence de la première Chambre parlementaire. Nous espérons qu’une solution consensuelle sera trouvée avant l’ouverture de la session parlementaire d’octobre», affirme Abdelmalek Aferiat, membre du bureau de la deuxième Chambre.

La première prise de contact entre Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, et Mohamed Cheikh Biadillah, président de la Chambre des conseillers, n’a pas apporté du nouveau. Il faut dire que la première Chambre sera tenue de respecter son règlement intérieur dont la majorité des articles a été validée par le Conseil constitutionnel.

Les conseillers s’accrochent pour leur part au mardi comme date de la tenue de leurs séances hebdomadaires. «Il n’y a aujourd’hui rien de nouveau qui va pousser la Chambre des conseillers à revoir la date des séances hebdomadaires des questions orales. Depuis 1997, date de la réactivation de la Chambre des conseillers, ces séances ont été toujours programmées les mardis.

Aujourd’hui encore, il y a un consensus à la deuxième Chambre de maintenir cette date», ajoute M. Aferiat. Et de conclure : «Il ne faut pas oublier que la Chambre des conseillers vit actuellement une phase transitoire et qu’il va falloir trouver une solution médiane en attendant l’adoption d’un nouveau règlement intérieur pour la deuxième Chambre». Mais qu’est-ce que le mardi a de si particulier pour être l’objet de convoitise pour les deux Chambres? Rien de particulier.

Le seul vrai avantage du mardi c’est qu’il permettra aux députés qui habitent dans des régions lointaines de se déplacer à Rabat le lundi au lieu du dimanche si la séance des questions orales a lieu le lundi. Si aucune solution n’est trouvée, les deux séances auront lieu le même jour, cela peut au contraire avoir beaucoup d’inconvénients, notamment sur le plan organisationnel. Il ne faut pas oublier que les travaux du Parlement sont retransmis en direct par la première chaîne de télévision publique.

De même, les membres du gouvernement devront partager leur temps entre les deux Chambres pour répondre aux questions. Car deux solutions, dans ce sens, sont proposées. «Nous allons devoir choisir entre deux solutions. La première consiste à ce que la deuxième Chambre démarre ses travaux à 11h pour que la première Chambre prenne le relais à 15h.

La deuxième solution envisageable prévoit le démarrage des travaux à 14h et que la deuxième Chambre programme le début de sa séance à 16h», explique Abdelatif Berrahou, membre du bureau de la chambre des représentants. «Actuellement, le président de la première Chambre se trouve en mission à l’étranger. A son retour, nous allons trancher la question probablement lors de notre réunion prévue jeudi prochain», conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *