Une institution pour pérenniser l’alliance

Une institution pour pérenniser l’alliance

Le Maroc et les Etats-Unis ont solennellement affirmé, dimanche à Rabat, leur volonté de pérenniser la haute qualité de leurs relations en appelant à la création d’un «instrument de dialogue et d’échanges permanent». Selon Saâd-Eddine El Othmani, cette institution devrait tenir sa première réunion au cours de la visite qu’il compte effectuer prochainement aux Etats-Unis à l’invitation de son homologue américaine. Le ministre qui a dit l’excellence et l’ancienneté des relations entre les deux pays a souhaité leur extension au domaine des affaires et de l’investissement. Il a laissé entendre qu’il est indispensable de donner plus de tonus à l’accord de libre-échange qui lie les deux pays et a invité les opérateurs américains à investir dans le Royaume et à tisser avec leurs homologues marocains les liens qui permettent la concertation, l’échange et la coopération. Le ministre des affaires étrangères, qui a déclaré que la visite de la délégation américaine conduite par Mme Clinton a permis d’asseoir la concertation politique bilatérale, les échanges d’opinion et la volonté de multiplier les visites croisées, a également affirmé que le volet sécuritaire a longuement été évoqué. Il a précisé que les deux partenaires sont convenus que la stabilité de la région était indispensable à celle du monde et que le Maroc en est un élément d’autant plus incontournable que de réelles et graves menaces terroristes pèsent sur les pays de la zone. En sorte, a-t-il ajouté, que conscients du bénéfice que tireront les peuples de la région de cette stabilité, les deux pays ont convenu du renforcement de leur coopération dans le domaine de l’information sécuritaire, de l’expertise et des échanges militaires.
La secrétaire d’Etat américaine a, pour sa part, mis l’accent sur la volonté ferme des deux pays de «poursuivre en l’améliorant une coopération multisectorielle plus que doublement séculaire». Elle a précisé que les prochaines discussions entre les deux parties seront globales en ce qu’elles porteront sur quasiment tous les aspects: «économique, politique et culturel». Evoquant l’accord de libre-échange qui lie les deux pays et dont elle a dit l’attrait exercé sur d’autres pays, elle a déclaré qu’il était mérité «car il concerne un des alliés des Etats-Unis les plus anciens et les plus sûrs» et de surcroît «un modèle de démocratisation de la vie publique». Hillary Clinton s’est félicitée des réformes visant les droits des femmes, l’autonomie de la justice, l’extension des libertés individuelles et le climat de sérénité et de responsabilité dans lequel se sont déroulées les élections. Elle a qualifié le plan de règlement marocain pour résoudre la question du Sahara de «sérieux et de réaliste». La Secrétaire d’Etat, qui a rappelé que la position de son pays vis-à-vis du problème est inchangée et que les Etats-Unis sont toujours pour une solution juste et acceptable par tous, a précisé que le plan d’autonomie présenté par Rabat lui paraît aller dans le sens de l’intérêt des populations sahraouies et qu’il faut continuer. Elle a aussi invité le Royaume et son voisin algérien à normaliser et à conforter leurs relations dans l’intérêt de leurs peuples et au bénéfice de la construction maghrébine.
Mme Clinton a par ailleurs rendu un hommage appuyé à l’action du Maroc au sein du Conseil de sécurité de l’ONU en ce qui se rapporte à la situation en Syrie. «Je tiens à saluer cette action à l’ONU en même temps que je me félicite de celle que le Royaume a engagée afin de rassembler les amis du peuple syrien», a-t-elle déclaré en substance. La secrétaire d’Etat a, en outre, adressé un vibrant appel aux partisans et à l’armée de Bachar Al Assad les invitant à ne pas «continuer à assassiner les leurs» et partant à éviter de s’exposer à une honte sans pareille. Elle a appelé à soutenir le peuple syrien et à accroître la pression sur Bachar Al Assad afin de l’amener à respecter la volonté de son peuple.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *