Villes sans bidonvilles : les premières nominées

Les premières villes sans bidonvilles seront déclarées avant fin 2006. Jusqu’à aujourd’hui, la liste établie par le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé du Logement et de l’Urbanisme comprend cinq villes. Il s’agit de Fnideq, Kasbat Tadla, Beni Mellal, Essaouira et Bouznika. Une sixième ville sera également inscrite sur cette liste prochainement. «À Khouribga, il nous reste presque 48 ménages à reloger avant de la déclarer ville sans bidonvilles. Le chantier avance et l’annonce de Khouribga comme ville sans bidonvilles ne tardera pas à venir avant la fin même de cette année », a annoncé à ALM Mohamed Najib Halimi, directeur de l’habitat social au sein du ministère du Logement et de l’Urbanisme. Pour Taoufik Hejira, ministre délégué chargé du Logement et de l’urbanisme, qui a annoncé au mois de juillet dernier le bilan d’étape de deux ans du programme «Villes sans bidonvilles», les travaux de résorption de l’habitat insalubre vont bon train.
«En fait, la liste des premières villes sans bidonvilles comprendra entre 10 et 15 villes à travers tout le Royaume. À seulement deux années du lancement de ce programme, nous restons optimistes ! », précise M. Hejira.
Les dernières statistiques du ministère annoncent que 52.000 baraques ont été détruites jusqu’à fin septembre 2006. À cette même date, le nombre des unités vides était de 16.820, celui des unités en cours de travaux (lots et terrains) s’élevait à 73.320. Pour leurs parts, le nombre des villes conventionnées est arrivé à 56 sur un total de 82.
En effet, le programme Villes sans bidonvilles évolue au rythme de 25.000 baraques éradiquées par an contre 5000 avant son lancement officiel. Entre 2004 et 2005, pas moins de 50.000 habitants des zones visées ont été relogés. D’ici 2010, il est prévu de reloger près de 257.000 ménages et d’éradiquer 1.000 bidonvilles à  travers 75 villes du Royaume.
Grosso modo, ce programme auquel l’Etat a alloué 5,5 milliards DH en mai 2005 devrait mobiliser près de 19 milliards de dirhams, dont une subvention du Fonds solidarité habitat de près de 6 milliards DH.
«Pour marquer cet événement, nous allons offrir à chaque ville sans bidonvilles un repère urbain en guise de reconnaissance aux efforts déployés par les différents intervenants dans le domaine de l’habitat insalubre», note le ministre délégué chargé du Logement et de l’Urbanisme.  En fait, ce programme engage plusieurs intervenants, en l’occurrence l’Etat, les autorités et locaux, les opérateurs en charge du programme ainsi que les bénéficiaires eux-mêmes. L’annonce officielle de ces premières villes sans bidonvilles sera faite lors d’une cérémonie qui sera organisée prochainement par le ministère. D’ici là et à l’instar de Meknès, d’autres villes rejoindront cette liste.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *