Eoliennes, la hantise des îles grecques

Plusieurs projets de création de parcs éoliens sur des îles grecques en mer Egée suscitent la colère des habitants qui craignent des répercussions négatives sur l’environnement et le tourisme.
«Nous ne voulons pas d’éoliennes qui dépassent 70 mètres de hauteur, nous ne sommes pas contre l’énergie verte mais il faut préserver le paysage de nos îles, qui est unique», rapporte à l’AFP Dimitris Baïlas, préfet des Cyclades (sud-est), l’une de destinations préférées des touristes.
Contraint par l’UE et le protocole de Kyoto d’augmenter sa production «verte», qui actuellement ne dépasse pas 6% de l’énergie électrique produite dans le pays – essentiellement à partir de lignite – la Grèce a approuvé depuis janvier plusieurs projets de parcs éoliens.
Sont surtout concernées les îles des Cyclades, comme Yaros et Andros, ainsi que Limnos et Lesbos, dans le nord-est de l’Egée, très exposées aux vents.
 Ces parcs doivent également contribuer à réduire le déficit énergétique de la Grèce, qui importe de l’électricité des pays voisins – principalement de Bulgarie et de Macédoine – selon un récent rapport de l’Autorité de réglementation de l’énergie (Are).
 Sur l’île de Sérifos (Cyclades), un projet de la société grecque Mytilinéos prévoit ainsi l’installation de 87 éoliennes dont chacune aura une hauteur de 150 mètres, pour une capacité totale de production de 74 mégawatts (MW).
«Ces installations prévues pour les îles sont disproportionnées par rapport à leurs besoins. Et la plupart des éoliennes qui avaient été installées dans le passé aujourd’hui ne fonctionnent pas», s’insurge Antonis Antonakis, président du conseil municipal de Sérifos.
En fait les autorités locales craignent surtout que les éoliennes aient un impact négatif sur le paysage de leur île car «elles sont souvent installées dans des régions isolées et, pour y avoir accès, il faut construire des routes et aménager l’espace».
«A l’étranger dans certaines régions les parcs éoliens ont réduit la fréquentation touristique jusqu’à plus de 40%», croit savoir M. Antonakis.
Un peu plus au nord, à Skyros, dans les Sporades, un consortium composé par la société Skyros Eolienne et le monastère orthodoxe Mégisti Lavra du Mont Athos S.A., propriétaire du terrain, prévoit un parc éolien d’une puissance de 333 MW, un projet qui a fait l’objet d’un rejet unanime du conseil municipal.
Selon les élus, l’ouvrage menace la «biodiversité et les rares espèces de la faune comme le cheval de Skyros et la flore» ainsi que son économie, qui est basée sur l’élevage.
De son côté, l’Are assure au contraire qu’il n’y a aucun risque pour l’environnement, les procédures pour obtenir l’autorisation pour un parc éolien étant parmi les plus strictes en Europe.
«En Grèce, pour obtenir l’autorisation de construire un parc éolien il nous faut plus d’études environnementales que pour une usine nucléaire. En Allemagne ou en Espagne il faut le dixième du temps passé ici», déplore Dimitris Rahiotis, directeur général de Vector, société grecque d’énergie verte.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *